Les après-midis de France 2 dévoilent leur nouveau visage

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Les après-midis de France 2 se réinventent complètement avec pas moins de cinq nouvelles émissions lancées lundi, entre 14h00 et 19h00.

Les après-midis de France 2 dévoilent leur nouveau visage. Une nouvelle programmation que l'on va découvrir à l’antenne dès lundi, à partir de 14 h.

Des valeurs sûres et des paris. Les après-midis de France 2 se réinventent complètement avec pas moins de cinq nouvelles émissions lancées entre 14h00 et 19h00. Après le journal de 13 heures, on retrouvera d’abord Frédéric Lopez avec Mille et une vies, suivie d’une déclinaison Mille et une vies rêvées. Du témoignage, des tranches de vies, des histoires personnelles, intimes. Une émission qui se veut "positive " et où l’animateur de Rendez-vous en terre inconnue jouera le confesseur de ses invités.

Ensuite, à partir de 15h40, c’est Stéphane Bern qui invitera le téléspectateur dans des Visites privées. La promesse, c’est de parler de patrimoine, mais dans un sens très élargi, plus encore qu’avec son magazine Secrets d’histoire. Si Frédéric Lopez et Stéphane Bern sont des valeurs sûres pour la chaîne, France 2 prends de véritable risque pour la suite de sa grille, portés par des animateurs moins connus du grand public.

D’abord Amanda à 16h45, un "talk-show à l’américaine ", nous promet-on, mené par Amanda Scott, qu’on a découvert sur France 4 et qu’on voyait la saison dernière au côté de Dave, sur France 3. L’autre pari risqué, c’est Thomas Thouroude, un ancien de Canal+, qui va devoir le relever en prenant les commandes d’Actuality, un magazine en direct, à partir de 17h45. Pour ces deux-là, l’enjeu sera d’abord de se faire connaître du public des après-midis de France 2, avant de songer ensuite à installer leurs programmes.

Quels sont les objectifs de ces nouvelles émissions ? Le but, c'est de faire mieux que les programmes qui étaient diffusés auparavant dans les mêmes cases horaires. Après 10 ans, Toute une histoire s’essoufflait et stagnait autour d’un million de téléspectateurs, autour des 10% de parts d’audience. Constat identique pour Comment ça va bien, l’émission de Stéphane Bern qui réunissait rarement plus que 12 ou 13% du public. C’était en dessous de la moyenne globale de la chaîne, autour de 14%.

L’ambition, c’est donc de retrouver des niveaux d’audience plus proches de cette moyenne dans un seul but : engranger des revenus publicitaires plus importants. Il est là l’enjeu essentiel pour un groupe toujours plombé par l'impossibilité de diffuser de la publicité après 20 heures.