Le programme de Jacques Cheminade passé à la sauce audiovisuelle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Jérôme Ivanichtchenko décrypte chaque jour les programmes des candidats en matière d'audiovisuel. Ce vendredi, Jacques Cheminade.

Place au décryptage média de notre expert, Jérôme Ivanichtchenko. Ce matin, vous avez épluché le programme de Jacques Cheminade en matière de médias. Un programme qui met l’accent sur la culture

Oui, le leader de Solidarité et Progrès estime qu’il faut mobiliser l’audiovisuel public autour des grandes découvertes scientifiques, autour des grands événements artistiques.Une mission qui permettra au téléspectateur de se situer comme un citoyen, comme un acteur de l’histoire universelle.

Evidemment, les chaînes France Télévisions devront contribuer à cet objectif. Il souhaite rapprocher le groupe dirigée par Delphine Ernotte avec les grandes institutions publiques comme le CNRS, les opéras ou les grands orchestres nationaux. Pour lui, il est indispensable d’associer les artistes, les chercheurs ou les ingénieurs avec les acteurs de la télé publique pour concevoir des programmes éducatifs de qualité.

Au cœur de ce dispositif, on trouve naturellement France 5. Jacques Cheminade veut en faire une "chaîne des idées" exigeante en apportant une plus grande cohérence entre ses émissions. Des programmes centrés autour de la découverte, de l’éducation et des initiatives de création partout sur le territoire. Il considère France 5 comme la pierre angulaire de son projet audiovisuel. Un projet dans lequel la publicité n’aura plus sa place

Et puisqu’elle est un diffuseur, mais aussi un producteur de contenus, France 5 sera aussi chargée de fournir massivement de la vidéo gratuitement sur internet.


Justement, pour le numérique, Jacques Cheminade a des propositions très ambitieuses : il veut  "relever le niveau général d’internet"


Il veut la fin de ce qu’il appelle les "écrans poubelle" responsables selon lui d’un nivellement par le bas des idées d’une tendance à alimenter les discussions du "café du commerce". Jacques Cheminade n’en veut plus et souhaite lancer ce qui ressemble à un grand nettoyage du web qu’il veut remplir de contenus intelligents et éducatifs.

Naturellement, pour ce grand projet, il associera France Télévisions qui ne sera plus simplement un groupe audiovisuel, mais deviendra une "plateforme éducative". Sur cette plateforme, on trouvera aussi les archives de l’INA formidable ressource pour les citoyens.

Le tout sera en accès libre gratuit : selon Jacques Cheminade, c’est le seul moyen pour permettre l’accès du plus grand nombre à la connaissance.


Une ambition qui vient de son constat de téléspectateur


Jacques Cheminade semble se désoler de ce qu’il voit parfois sur son écran. Il y a trop de divertissements télévisés qui abêtissent, qui infantilisent et dépolitisent les Français.

En 2012, il était déjà candidat. Il disait à l’époque qu’il n’était pas un grand fan de télévision. En revanche, ça ne l’empêche pas de regarder les écrans.

Sur son ordinateur il regarde des films, des émissions politiques notamment celles de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV qu’il apprécie particulièrement.

Côté séries, Jacques Cheminade est clair, il aurait tendance à tout mettre au clou. Les seules créations qui trouvent grâce à ses yeux, ce sont « Louis la Brocante », "Capitaine Marleau" ou encore "Downton Abbey".

En revanche, pour le reste, on comprend bien que l’offre télé telle qu’elle existe aujourd’hui ne lui convient pas. Il en va de même pour les consoles de jeux. Il réclame purement et simplement l’interdiction des jeux vidéo violents et avilissants. On le comprend, son objectif, en matière de médias : rendre aux écrans leur vocation de transmission des savoirs.