La tournée des programmes : les propositions de Jean Lassalle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

À quelques jours du premier tour de la présidentielle, Jérôme Ivanichtchenko passe chaque jour en revue le programme de l'un des candidats.

On poursuit ce matin notre tour d’horizon des programmes des candidats à la présidentielle pour les médias. Ce matin, on se penche sur les propositions de Jean Lassalle.

Sa priorité concerne le pluralisme. Jean Lassalle est considéré comme un "petit" candidat dans cette campagne, et c’est sans doute cette perception qui le pousse à prôner la diversité de la pensée politique.

Pour lui, c’est intimement lié à l’indépendance des médias, qu’il faut absolument préserver. Il souhaite par exemple engager une grande réforme des aides à la presse. Sur ce point, Jean Lassalle est catégorique : il supprimera ces aides pour les médias qui appartiennent à des groupes en contrat avec l’État.

Il propose aussi une grande réflexion pour chercher les modèles économiques viables et libérer les journalistes des contraintes imposées par les grands intérêts économiques. Son objectif : garantir la liberté et la dignité des professionnels de l’information et leur permettre de refléter ce qui se passe dans la société.

Une autre décision va dans le même sens, il proposera de légiférer pour venir en aide et garantir une protection aux lanceurs d'alerte.

Quels sont les projets de Jean Lassalle en matière d’audiovisuel public ?

Concernant France Télévisions, il n’a pas l’intention d’en réduire le périmètre. Pour lui, les chaînes du groupe public ont toutes leur raison d’être puisqu’elles s’adressent à des publics différents. Il n’y a donc pas lieu de remettre en cause l’existence de telle ou telle antenne.

En revanche, s’il arrive à l’Élysée, Jean Lassalle modifiera le mode de nomination des présidents de l’audiovisuel public, à la fois pour France Télévisions et Radio France. À ce jour, c’est une prérogative du CSA. Avec Jean Lassalle, ce ne sera plus le cas : ce seront les conseils d’administration qui désigneront leurs dirigeants, librement, en toute indépendance.

Enfin, sur le financement de l’audiovisuel public, Jean Lassalle est plutôt pragmatique. Il est conscient que France Télévisions a besoin de ressources : la publicité en est une. En revanche, il s’oppose catégoriquement à la pub dans les programmes jeunesse diffusés sur le service public. Oui, mais voilà, cette disposition, elle a déjà été prise. Une loi adoptée en fin d’année dernière par le Sénat prévoit la suppression de la publicité dans les programmes destinés aux enfants de moins de 12 ans. Une mesure qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018.

Plus anecdotique, mais plutôt instructif : quel genre de téléspectateur est Jean Lassalle ?

C’est un adepte des grandes compétitions sportives : il suit les matches du tournoi des Six Nations, ceux de la Coupe du monde de football ou les étapes de montagne du Tour de France. Du côté des séries, il a adoré Desperate Housewives et ne manque pas un épisode de Plus belle la vie.

Il rattrape peut-être son retard télévisuel. Dans le magazine Télé Loisirs, on apprenait récemment qu’il n’y avait pas de télé chez les Lassalle. Lorsqu’il était plus jeune, il devait alors se rendre chez ses cousins ou chez des amis pour suivre La piste aux étoiles ou Intervilles.

Aujourd’hui, pour Jean Lassalle, le meilleur intervieweur de cette campagne est une femme, c’est Audrey Crespo-Mara, qui officie sur TF1 et LCI. Le jeudi soir, il zappe régulièrement pour suivre Complément d’enquête, animé par notre confrère Nicolas Poincaré.

Enfin, Jean Lassalle est très proche du monde rural. Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre qu’il apprécie particulièrement L’amour est dans le pré.

Demain, nous terminons cette grande série sur les programmes des candidats avec Benoît Hamon, le candidat du Parti socialiste.