La multiplication des émissions politiques

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Avec la campagne pour la présidentielle qui approche, la moindre chaîne de la TNT met sur pied une émission de débats ou d'analyse politique.

L'info media du jour c'est les émissions politiques qui vont fleurir un peu partout en cette rentrée. En cette année de campagne présidentielle, tout le monde monte au créneau, les chaînes historiques comme celles de la TNT. Jérôme Ivanichtchenko vous êtes notre expert média.  La dernière en date, c’est C8 qui vient d’annoncer le lancement d’un nouveau magazine baptisé "Punchline".

Oui, un magazine confié à Laurence Ferrari. Une émission en direct qui promet de mettre l’accent sur les petites phrases de la campagne. Un décryptage sémantique de ces fameuses "punchlines" concoctées par les conseillers en communication pour marquer l’opinion publique. Ces formules lâchées en meeting ou en interview pour mettre à terre un adversaire, ou pour lancer une promesse qui s’imprimera dans les esprits jusqu’à l’isoloir. Ce nouveau magazine, il a l’ambition de s’adresser aux jeunes et notamment à ceux qui glisseront pour la première fois de leur vie un bulletin de vote dans l’urne. Un rendez-vous hebdomadaire qui arrivera à l’antenne le dimanche 18 septembre, à midi.  Quelques jours plus tôt, le jeudi 15, en prime-time, c’est France 2 qui fera sa rentrée politique avec un magazine de débat intitulé sobrement "L’émission politique". Un programme bâti sur les cendres de "Des paroles et des actes". C’est Léa Salamé et David Pujadas qui passeront à la question les candidats à la présidentielle et les personnalités politiques de premier plan. TF1 ne sera évidemment pas en reste avec  "Vie politique", c’est le nom de cette émission dont on a déjà pu découvrir deux numéros au début de l’été. Un programme diffusé le dimanche soir, en access, qui avait réuni 1 millions 500 mille téléspectateurs. Décevant pour la Une qui espère que l’engouement du public augmentera au fur et à mesure que l’échéance électorale se rapprochera…  La troisième de "Vie politique" portée par Gilles Bouleau est annoncée pour le 11 septembre prochain. C’est Marine Le Pen qui en sera l’invitée. Une programmation surprise qui a eu une conséquence sur la concurrence sur France 5 notamment qui a décidé de repousser d'une semaine le lancement de ses deux magazines "C politique" et "C polémique" diffusés au même horaire et animés par Karim Rissouli et Bruce Toussaint. 

D'autres chaines chercheront à investir le champ politique sur un ton un peu plus original... 

Ce sera le cas d’émissions qu’on connait déjà dans les grandes lignes, même si elles n’ont pas encore été mises à l’antenne. On pense forcément à "Quotidien" sur TMC. Yann Barthès ne passera pas à côté d’une si belle occasion de brocarder les faux pas des politiques. On pense aussi au "Petit Journal" de Canal+, emmené désormais par Cyrille Eldin ou encore à "On n'est pas couché" sur France 2 le samedi soir devenu un véritable passage obligé pour les politiques, même si certains essentiellement à droite ont promis de ne jamais y mettre les pieds. Dans ce registre, un peu plus décalé, citons surtout "Ambition intime". C'est le titre de l’émission que prépare M6 et qui débarquera sur nos écrans dans les prochaines semaines. C’est Karine Le Marchand qui sera aux commandes de ce programme qui s’annonce un peu comme un "Fréquenstar" des politiques des conversations intimes avec Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Marine Le Pen, Bruno Le Maire, François Fillon ou Jean-Luc Mélenchon. Des confessions sur canapé pour découvrir une facette beaucoup plus personnelle des candidats. Enfin, quand je vous dis qu’en cette rentrée, tout le monde se met à parler politique, c’est absolument tout le monde, puisque Cyril Hanouna a annoncé qu’une chronique traitera de la campagne dans "Touche pas à mon poste". 

Cette multitude de concepts. Ce n’est pas un peu paradoxal à une époque où on parle du désintérêt des Français pour la politique ? 

C’est vrai qu’à longueur d’édito, les commentateurs de la vie politique nous parlent de l’abstention qui augmente, de la décrédibilisation des élites. Mais visiblement, ça ne suffit pas pour rebuter les chaînes. Ça s’explique par le changement de statut des personnalités politiques, qui sont devenues aujourd'hui des people, presque comme les autres, qui collectionnent les couvertures de "Closer" ou de "Paris-Match" où on les découvre en famille devant un barbecue ou en maillot de bain à la plage. Un glissement de terrain qui suscite finalement un regain d’intérêt du public. Les téléspectateurs sont aussi des électeurs. Et si les candidats déploient des trésors d’ingéniosité pour nous convaincre de voter pour eux, les chaînes, elles, en déploient tout autant pour nous proposer des concepts plus ou moins innovants.  On attend juste de voir Jean-François Copé dans "Danse avec les stars" ou Gérard Filoche dans "The Voice" et la boucle sera bouclée.