France 2 : de nombreux changements en prévision

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Elise Lucet devrait quitter son poste de présentatrice du journal de 13h de France 2 pour récupérer les soirées du jeudi soir connues pour ses rendez-vous Envoyé spécial et Complément d'Enquête.

Le fait média du jour, c’est cette révolution surprise de l’info à France 2. Hier, on apprenait que la direction de l’information de la chaîne allait réaménager ses soirées du jeudi, avec un renouvellement des magazines Envoyé Spécial et Complément d’Enquête.

Un renouvellement qui se fera, dès la rentrée prochaine, autour d’un visage : celui d’Elise Lucet.

Des premières révélations faites hier après-midi par Renaud Revel, qui ont accéléré la communication de France Télévisions, contraint de publier un communiqué en début de soirée.
Dès le mois de septembre, Elise Lucet prendra donc les commandes d’une grande case d’information, chaque jeudi soir, en alternance avec le nouveau rendez-vous politique que prépare France 2. Une case qui englobera, à la fois, la première et la deuxième partie de soirée.
L’objectif de Michel Field, patron de l’info de France Télé, c’est de renouveler deux marques très fortes de la chaîne que sont Envoyé Spécial et Complément d’Enquête.

Mais en revanche, pour France 2, l’heure n’est absolument pas venue de faire disparaitre ces deux magazines. On nous le confirmait encore ce matin, il s’agit seulement de donner un petit coup de peinture, de revitaliser une offre d’information plus globale qui abordera toujours les thèmes qui font l’actu : l’économie, les grands reportages ou encore les enquêtes de société.
Le rôle d’Elise Lucet a être d’organiser cette offre et d’apporter de la cohérence. Elle va devenir une sorte de grande ordonnatrice de ces soirées du jeudi, une rédactrice en chef des magazines de France 2. Une case qui pourrait d’ailleurs s’appeler tout simplement Les jeudis de l’info.

Une manière d’accéder aux demandes de la journaliste.

Elise Lucet ne cachait pas beaucoup son envie de se consacrer à une tranche d’info magazine, plus identifiée, de s’éloigner de ce qu’on appelle le "hard news", l’info pure.
Concrètement, dès le mois de septembre prochain, Elise Lucet va donc quitter les journaux de 13 heures en semaine pour se consacrer à la présentation d’Envoyé spécial et à ce nouveau rôle d’organisatrice des soirées du jeudi.
Quant à son magazine Cash Investigation qui rassemblait encore hier soir 3,5 millions de téléspectateurs devant les révélations autour des fameux Panama Papers, il pourrait trouver aussi sa place dans cette nouvelle grande case du jeudi.
Rien n’est encore tranché.

Une question se pose ce matin : puisqu’Elise Lucet quitte les journaux de 13 heures de France 2, qui pour la remplacer ? Plusieurs noms circulent : on pense à Nathanaël de Rincquesen, à Jean-Baptiste Marteau, à Sophie Le Saint ou encore à Marie-Sophie Lacarrau…

France 2 nous explique ce matin que rien n’est encore arrêté, mais qu’on privilégie une femme pour les commandes des JT de la mi-journée.

Autre question : que vont devenir Guilaine Chenu et Françoise Joly, qui animaient Envoyé Spécial depuis 16 ans ?

Pour elles, la nouvelle a été un peu dure à encaisser. Elles expliquaient hier soir au Monde, que "le moment était un peu douloureux" à traverser.
Mais en revanche, à France 2, on se veut rassurant sur le sort des deux journalistes. Ce matin, on nous confiait que la chaîne n’allait pas leur faire "une Claire Chazal". Non, elles ne sont pas virées du jour au lendemain sans ménagement.
Dès la saison prochaine, Guilaine Chenu et Françoise Joly auront la charge de six à six émissions événementielles par an, des grandes soirées thématiques , un peu dans la veine de celle que présentait tout récemment Julian Bugier autour de l’autisme.

Une autre question concerne aussi l’avenir de Complément d’Enquête. Si l’émission continuera, si Elise Lucet la chapeautera, rien n’est tranché quant au visage qui en sera l’incarnation. On nous assure que Nicolas Poincaré pourrait rester en place.

Ce matin, ces chamboulements soulèvent autant de questions qu’ils n’apportent de réponses.