Féminisation des antennes de France Télévisions : le décryptage de Jérôme Ivanichtchenko

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Après l'éviction de Julien Lepers, David Pujadas et Georges Pernoud, France Télévisions a annoncé que l'émission Thalassa serait désormais présentée par Fanny Agostini.

On se penche sur l’arrivée d’une nouvelle animatrice sur France 3 pour remplacer Georges Pernoud.

Elle s’appelle Fanny Agostini. Si vous ne connaissez pas son nom, vous connaissez sans doute son visage : depuis 2011, elle présente les bulletins météo sur la chaîne info BFM TV. À compter du mois de septembre, elle prendra donc la barre de Thalassa, le magazine de la mer de France 3, créé et présenté depuis 42 ans par Georges Pernoud.

Ce matin, dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, le rédacteur en chef de Thalassa explique ce choix, un véritable "coup de cœur" selon lui : Fanny Agostini est une "spécialiste du climat", elle est impliquée dans la protection de l’environnement. Et puis elle a de nombreux atouts : elle allie à la fois "l’expertise et la fraîcheur",  elle a le "sens du contact" et elle garde le sourire en toutes circonstances.

Avec ce transfert assez inattendu, c’est un changement de cap radical pour le magazine : il était incarné jusqu’ici par un vieux loup de mer, qui va fêter ses 70 ans cet été. Il sera porté désormais par une jeune femme, qui va avoir 29 ans le mois prochain. Un changement de cap aussi pour les téléspectateurs.

Un transfert qui illustre surtout la politique de renouvellement des visages voulue par Delphine Ernotte.

C’est vrai que ce remplacement fait écho à une petite phrase prononcée par la présidente de France Télévisions, c’était à ce micro, il y a à peine deux ans. Elle venait tout juste d’entrer en fonction. Et elle regrettait que les antennes de France Télé soient un peu trop squattées par des "hommes blancs de plus de 50 ans".

Une petite phrase qui n’était pas passée inaperçue à l’époque, qui traduisait sa volonté de renouveler les incarnations des chaînes publiques : plus féminines et plus jeunes.

Son objectif était très clair : faire en sorte que les chaînes publiques ressemblent plus aux téléspectateurs, qu’elles soient plus conformes à la réalité de la population française, à sa diversité.

Résultat, on assiste à une "chasse à l’homme blanc de plus de 50 ans".

Les exemples sont légion ces derniers mois. On peut citer David Pujadas qui sera remplacé à la rentrée par Anne-Sophie Lapix au 20 heures de France 2.

On peut aussi citer Faustine Bollaert et très probablement Daphné Burki, qui ont toutes deux moins de 40 ans, et qui trouveront une place l’après-midi, sur France 2, à la rentrée.

Sur le sujet du rajeunissement, on se souvient évidemment du premier à avoir fait les frais de cette politique, il y a un peu plus d’un an : Julien Lepers, 67 ans, remplacé à Questions pour un champion par Samuel Etienne, de 20 ans son cadet.

Plus récemment, on pense aussi au départ un peu forcé de William Leymergie, 70 ans, qui sera remplacé par Laurent Bignolas, 55 ans, aux commandes de Télématin.

Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, un mot est à la mode : le "renouvellement". On dirait bien que Delphine Ernotte avait eu l’idée avant lui !