États-Unis : Trump et Clinton ont fait le show

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Hillary Clinton  et Donald Trump se sont opposés cette nuit pour leur premier débat avant l'élection présidentielle américaine.

L’info média du jour, c’est le premier face-à-face entre Hillary Clinton et Donald Trump. Cette nuit, les deux candidats à la Maison-Blanche se sont affrontés cette nuit pour le premier des trois débats organisés avant le scrutin du 8 novembre.

Un temps fort dans la vie publique américaine, mais surtout un événement médiatique
.
Près de 7.000 journalistes étaient accrédités pour ce premier débat. Les médias américains étaient sur le pied de guerre cette nuit. Ils avaient mobilisé leurs équipes pour suivre ce qui ressemble à un face-à-face crucial entre Hillary Clinton et Donald Trump.
Une mobilisation sur place, sur le campus de Hofstra University à New York, où avait lieu cette première confrontation mais aussi dans les rédactions : à titre d’exemple, imaginez que le New York Times avait missionné pas moins de 18 journalistes pour se charger du "fact-checking" pour assurer la vérification, en temps réel, des affirmations des deux candidats.
Deux candidats qui avaient chacun deux minutes pour s’exprimer sur chaque question posée par Lester Holt. C’était lui, l’arbitre de ce débat très attendu. Lester Holt, c’est le journaliste-vedette de la chaine NBC News qui avait la charge d’organiser cegrand rendez-vous. Un débat conçu comme un véritable événement politique et pas comme une émission de télévision classique, c’est important à souligner. C’est le dialogue entre Hillary Clinton et Donald Trump qui était mis en lumière cette nuit, pas la mise en scène des idées.
C’était la promesse de ce débat qui a démarré à trois heures du matin, heure de Paris. Hillary Clinton, tailleur et pantalon rouge, coiffée et maquillée par son staff et non par les équipes de NBC News, et Donald Trump, costume sombre, cravate bleue se sont présentés derrière deux grands pupitres. Derrière eux, un décor grandiloquent : des drapeaux américains, évidemment, et des extraits de la Constitution. C’était le cadre de ce débat qui a duré 90 minutes.

90 minutes d’échanges parfois très tendus.

Oui, avec des attaques parfois très vives. Comme lorsque Hillary Clinton a évoqué le "mensonge raciste" de Donald Trump, ce sont ces termes, sur la question des origines de Barack Obama. Ou quand le candidat du parti républicain a déploré l’absence de position claire sur le traité de libre-échange entre les États-Unis et les pays du Pacifique. Des passes d’armes qui ont donné lieu à des réactions parfois tempétueuses de l’un et de l’autre. Dans la première demi-heure du débat par exemple, Donald Trump a interrompu Hillary Clinton à 25 reprises.
Des invectives parfois plus amusantes. Cette nuit, Donald Trump appelait souvent sa rivale : "secrétaire Clinton", une référence au poste de secrétaire d’État qu’elle a occupé auprès de Barack Obama. De son côté, Hillary Clinton se contentait souvent d’appeler son adversaire "Donald".
Donald Trump qui n’a pas manqué d’aborder un sujet très commenté ces derniers jours, celui de l’état de santé de la candidate démocrate. On se souvient qu’elle avait eu besoin d’interrompre brièvement sa campagne pour se remettre d’une pneumonie. Donald Trump a pris un malin plaisir à le rappeler à ceux qui l’auraient oublié. Pas suffisant pour déstabiliser Hillary Clinton qui avait anticipé cette allusion à son état de santé. Elle s’était préparée toute la semaine aux attaques de son adversaire avec ses spin-doctors, ses plus proches conseillers, qui jouaient tour à tour le rôle de Donald Trump.
En revanche, du côté du candidat républicain, pas de débat fictif pour s’entrainer. Il a voulu jouer la carte de la spontanéité.
Deux méthodes bien différentes pour le même objectif : remporter ce premier débat.

Justement, y a-t-il déjà un vainqueur à ce débat ?

Oui ! Il s'agit d'Hillary Clinton. Enfin si l’on en croit un sondage réalisé en temps réel par CNN, 62 % des Américains estiment que la candidate démocrate a été la plus convaincante. Reste à savoir si cela se vérifiera dans les urnes. Ce premier débat était donc déjà décisif. Et ce, pour une raison majeure : selon les derniers pointages, il y a encore 10% d’indécis.
Pour ce premier débat, on attend entre 100 millions et 120 millions de téléspectateurs. Une audience comparable à celle du Super Bowl, la finale du championnat de foot américain qui est traditionnellement l'événement le plus suivi aux États-Unis. La télévision reste le moyen numéro un pour toucher les électeurs.
Il y avait donc beaucoup à gagner mais aussi beaucoup à perdre.
Et si Hillary Clinton semble avoir remporté ce premier duel, il ne faut pas tirer de conclusion trop hâtive. En 2012, c’est le républicain Mitt Romney qui avait "gagné" le premier débat de la présidentielle. Mais Barack Obama avait renversé la vapeur sur les deux débats précédents.


Dans ce duel Clinton/Trump, deux autres débats suivront : le 9 octobre dans le Missouri puis le 19 octobre, à Las Vegas. C’est à ce moment-là que se fera véritablement la différence.