Débat primaire Les Républicains : TF1 et les candidats en pleine préparation

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Le premier débat des candidats à la primaire de la droite et du centre aura lieu demain sur TF1.

L’info média du jour, c'est le premier débat de la primaire de la droite et du centre qui se prépare activement. Demain soir, TF1 diffusera cette première confrontation publique entre les candidats pour l’investiture des Républicains.

Le jour J approche et TF1 porte la touche finale à l’organisation de ce premier débat.

Oui, demain soir, les candidats à la primaire de la droite et du centre ont rendez-vous à La Plaine Saint-Denis pour cette première opposition. Ils sont sept à être qualifiés et ils s’affronteront autour de deux grands thèmes : l’économie et le social d’abord, puis les questions de sécurité et d’identité.

Aujourd’hui, les entourages de chaque candidat vont se rendre sur place pour découvrir le plateau sur lequel les sept candidats seront installés, en arc de cercle, face aux trois journalistes chargés de les interviewer : Gilles Bouleau pour TF1, Elisabeth Martichoux pour RTL, et Alexis Brézet pour Le Figaro.

Les candidats seront postés derrière des pupitres en bois, opaques donc, c’était un souhait de Nicolas Sarkozy, sur lesquels seront inscrits leur nom ainsi qu’un chronomètre qui décomptera le temps de parole. Un autre chronomètre sera installé dans leurs champs de vision, pour leur permettre de gérer au mieux la durée de leurs interventions. Des interventions limitées à une minute.

130 personnes prendront place dans le public. Chaque candidat sera accompagné de 12 personnes appartenant à leur staff. Le reste de l’assistance sera composé d’un public neutre et c’est lui qui sera le plus visible à l’image demain soir, à partir de 21 heures, à la fois sur TF1, mais aussi sur LCI et sur Public Sénat, les deux chaînes associées à ce premier grand rendez-vous.

Du côté des candidats, on se prépare aussi.

Mi-septembre, une réunion au siège de TF1 avait permis de déterminer les conditions logistiques de ce débat. Et notamment l’aspect pratique. Des tirages au sort avait déterminé le placement sur le plateau, ou encore l’ordre des prises de parole.

Aujourd’hui, pour les candidats, l’heure est à la préparation, sur le fond. Ils seront sept à s'affronter après le désistement d’Hervé Mariton, dont la candidature a été invalidée. Et ce matin, Le Parisien détaille les stratégies employées par les uns et les autres pour affuter leurs armes. Et sur ce point, c’est chacun sa méthode.

Pour Alain Juppé, pas de média-training. Son entourage considère qu’il est artificiel de vouloir recréer les conditions du réel. Même chose pour Nicolas Sarkozy qui mise sur la spontanéité et qui a seulement prévu de se préparer physiquement en faisant du footing.

Tout le contraire pour Bruno Le Maire qui a reconstitué la configuration du débat de demain soir, demandant à six de ses plus proches conseillers de jouer les rôles de ses adversaires.

François Fillon lui a étudié en profondeur les propositions de ses opposants pour pouvoir mieux les contrer. Du côté de Nathalie Kosciusko-Morizet, de Jean-François Copé et de Jean-Frédéric Poisson, beaucoup plus en retrait médiatiquement, l’objectif sera avant tout de profiter de cette confrontation à armes égales pour exister enfin face aux favoris.

Un premier rendez-vous qui sera accompagné d’un dispositif inédit.

Oui, le groupe TF1 expérimente la transversalité. Je vous l’ai dit, LCI est associée à l’organisation de ce débat. Et elle met le paquet avec une émission spéciale, à partir de 20 heures puis un débrief où l’on retrouvera notamment Nicolas Canteloup pour une petite touche plus légère.

Avec aussi la mise en place d’un baromètre d’opinion qui évaluera la popularité des candidats auprès des téléspectateurs, via les réseaux sociaux et une application mobile spécialement dédiée.

Un sondage qui permettra aux prétendants à l’investiture de la droite et du centre de se jauger, en temps réel et d’analyser leurs chances avant le scrutin organisé les 20 et 27 novembre prochains.

Un outil qui leur permettra aussi de rectifier le tir lors des deux prochains débats qui précéderont cette primaire : le 3 novembre sur les chaînes infos, BFM TV et I-Télé, puis le 17 novembre sur France 2 en partenariat avec Europe 1.