"C à vous" à nouveau interrompu par des manifestants

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Des manifestants se sont introduits sur le plateau de "C à vous" sur France 5, mardi. C'est la deuxième fois qu'un événement de ce type se produit cette année.

L’info média qui fait la une ce matin, c’est cette nouvelle intrusion sur le plateau de « C à vous ». Hier soir, l’émission de France 5 présentée par Anne-Elisabeth Lemoine a été interrompue par des manifestants. C’est déjà la deuxième fois cette année.

Hier soir, il est environ 19h40, lorsqu’une quinzaine de personnes débarque dans le studio de « C à vous ». Anne-Elisabeth Lemoine est en train d'interviewer Teddy Riner. Le judoka évoque son collègue sportif, le footballeur Antoine Griezmann, lorsque des cris lancés depuis les coulisses viennent l’interrompre.

Alors dans un premier temps, Anne-Elisabeth s’amuse de cette situation incongrue et de ce brouhaha. D’ailleurs, on distingue difficilement les slogans scandés par ces manifestants. Et puis surtout, ce qu’il faut noter, c’est qu’on ne les voit pas à l’antenne. Ils sont en coulisses. L’animatrice tente de poursuivre. Elle tient son émission jusqu’à la fin de la première partie. Mais dès le retour pub, elle va devoir interrompre son émission plus tôt que prévu, à 20h03.

Alors on entend l’un des invités, l’ancien boxeur Fabrice Bénichou, proposer avec un peu de second degré d’intervenir. Du côté d’Anne-Elisabeth Lemoine en revanche, le souci, c’est la maîtrise de l’antenne. Impossible de poursuivre l’émission dans de bonnes conditions.

Ces manifestants sont issus d'un collectif de soutien aux migrants. Leurs revendications, assez inaudibles finalement, c’est l’ouverture des frontières, la solidarité avec les réfugiés… Comme ils l’ont expliqué dans un communiqué diffusé hier soir sur les réseaux sociaux, ces manifestants s’élèvent notamment contre la communication qui est faite autour du démantèlement de la jungle de Calais, qualifiée par le gouvernement "d’évacuation humanitaire".

Selon nos informations, ils auraient profité de la sortie d’un des employés de l’émission pour s’engouffrer dans les coulisses et investir la rédaction.

Selon plusieurs témoins présents sur place, ces militants, qui étaient environ une quinzaine, n’étaient pas du tout agressifs, ils voulaient juste faire entendre leur message en faveur des réfugiés. Les membres de la production leur ont d’abord proposé un deal pour venir s’exprimer en plateau. Mais leurs cris n’ont pas cessé. Ils ont continué à perturber le bon déroulement de l’émission.

La police, qui fait des rondes régulières autour du studio, est intervenue très rapidement pour calmer la situation avant de procéder à des contrôles d’identité des manifestants.

Ce n'est pas la première fois que l'émission de France 5 est la cible d'une intrusion de ce type. En juin 2014, c’était des intermittents du spectacle qui envahissaient le plateau. 

Plus récemment, en mai derniern alors que Myriam El Khomri était invitée sur le plateau de "C à vous", des militants anti-loi travail avaient manifesté leur mécontentement dans la cour du loft de "C à vous". Ils n’avaient pas pu entrer dans le studio, mais leur présence et leurs cris avaient contraint la production à interrompre l’émission.

Début octobre, C8 était victime d’un incident du même type. Des militants anti-avortement se manifestaient dans le public de "Touche pas à mon poste".

Cette nouvelle intrusion montre encore une fois que les émissions en direct sont plus que jamais prises pour cibles. Surtout dans un climat social plutôt tendu, à quelques mois de l’élection présidentielle.

Le groupe TF1 a trouvé la parade pour se prémunir de tels incidents, en adoptant notamment le principe du "time delay", ce petit décalage de 2 à 5 minutes qui laisse le temps de suspendre l’antenne à tout moment pour envoyer une page de publicité ou une bande-annonce.

Ce matin, France 5 ne songerait pas à prendre une mesure de ce type. Mais la chaîne va devoir certainement réfléchir à augmenter encore un peu plus les mesures de sécurité autour de son émission.