Attentats : les médias français mobilisés

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Suite aux attentats, la mobilisation a été générale à la télévision avec de nombreuses déprogrammation et de nombreuses éditions spéciales.

Édition spéciale du Grand direct des Médias

Intéressons-nous à la réaction des chaînes de télévision suite aux attentats tragiques de ce week-end à Paris. Elles ont toutes bouleversé leurs grilles de programmes pour suivre, au plus près, les événements.

On a assisté à des déprogrammations en cascade tout au long du week-end.

Suite aux attentats de la nuit de vendredi à samedi, d’une ampleur inédite sur le sol français, la mobilisation était générale. Elle l’est d’ailleurs encore aujourd’hui, dans une moindre mesure.

Et bien entendu, les premières chaînes à avoir réagi, dès vendredi soir, quelques minutes seulement après les attaques dans la capitale, ce sont les chaînes d’info en continu. C’est une évidence, c’est dans leur ADN de casser l’antenne à tout moment lorsque l’actualité le nécessite.

Vendredi, il est 22h07, lorsque BFM TV bascule en "édition spéciale". Imitée quelques minutes plus tard par i-Télé.

Mais parallèlement, face à la nature exceptionnelle des événements, face à leur extrême gravité, les grandes chaînes bouleversent à leur tour leurs antennes.

Vendredi, TF1 retransmettait le match de football France-Allemagne en direct du Stade de France. La soirée devait se poursuivre avec la finale de Secret Story, une finale qui n’aura jamais lieu. A 22h46, alors que l’Équipe de France vient d’inscrire le second but de la rencontre, Christian Jeanpierre annonce en effet que les téléspectateurs retrouveront une édition spéciale à l’issue du match.

"J’apprends une terrible nouvelle suite à de terribles événements meurtriers dans le centre de Paris, extrêmement graves qui se produisent, il y aura une édition spéciale juste après ce match. Pas d’interviews des joueurs".

Quelques instants plus tard, à 22h52, l’antenne de TF1 bascule donc sur celle de LCI pour une édition spéciale qui prendra fin peu après 2 heures du matin, suivi par plus de 3,6 millions de téléspectateurs.

Sur France Télévisions, aussi, la mobilisation est immédiate.

D’abord sur France 3, c’est le journal du soir, Le Soir 3, qui prend l’antenne peu avant 23 heures. Exceptionnellement, il sera rallongé, et durera un peu plus d’une heure.

Puis c’est au tour de France 2 de basculer à son tour dans une édition spéciale. Vendredi, en seconde partie de soirée, la chaîne diffuse son émission du vendredi soir Ce soir ou jamais. Et de manière très soudaine, le débat est interrompu brutalement par la déclaration télévisée de François Hollande à 23h55.

S’ensuit là aussi un journal qui se terminera aux alentours de 2 heures du matin devant un peu plus d’un millions de téléspectateurs.

Des dispositifs spéciaux qui se sont succédés tout au long du week-end.

Samedi, TF1 consacre son antenne aux événements dès 6 heures du matin. Une édition spéciale qui se poursuivra pendant plus de 8 heures, pour prendre fin aux alentours de 14h30.

Même chose pour France 2 avec David Pujadas qui a pris l’antenne dès 6h30 du matin.

Évidemment, les chaînes d’infos en continu poursuivaient naturellement leurs éditions spéciales. Des éditions très largement suivies par les téléspectateurs. Samedi, BFM TV rassemblait en moyenne près de 10 % du public, faisant de la chaîne info la troisième chaine la plus regardée sur la journée.

Sur les grandes chaines, ces dispositifs ont eu des incidences sur les grilles.

Notamment sur les programmes de divertissements. Impossible de maintenir à l’antenne des émissions de ce type dans des circonstances aussi dramatiques.

Samedi soir, Danse avec les stars sur TF1 a été annulée. Sur France 2, Ze Fiesta avec Patrick Sébastien a été déprogrammée elle aussi. Après l’édition spéciale du journal de 20 heures, on retrouvait une émission spéciale d’On n’est pas couché, baptisée On est solidaire diffusée en direct et suivie par 3,2 millions de téléspectateurs.

Beaucoup d’émissions en direct donc à la place des programmes habituels.

C’était le cas aussi de Canal+ qui a proposé une spéciale du Grand Journal samedi à 19h en lieu et place de Salut les Terriens suivi par 700.000 téléspectateurs ou pour le Supplément en direct également, hier midi (650.000 téléspectateurs).

Sur France 5 aussi avec un C dans l’air lui aussi en direct samedi, devant un million de personnes. Même chose pour M6, avec 66 Minutes suivait les pompiers parisiens en intervention. Un reportage saisissant, au plus près du drame (2,2 millions de téléspectateurs) / et pour TF1 avec Sept à huit (4,75 millions de téléspectateurs).

Une mobilisation exceptionnelle, proportionnelle à l’émotion suscitée par ces tragiques attentats.

Par téléphone :

Catherine Nayl / Directrice générale adjointe à l’information du groupe TF1

Pascal Golomer / Directeur exécutif en charge de l’information du groupe France Télévisions

Guillaume Zeller / Directeur de la rédaction de I-Télé

Hervé Béroud / Directeur de l’information et directeur de la rédaction de BFMTV