Quels sont les avantages et inconvénients à être une femme ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

L’autre jour, Nadia Daam s’ennuyait un peu, alors elle a fait la liste des avantages et des inconvénients à être une femme en ce bas monde.

Commençons par les avantages: En cas de canicule, elles ont plein de choix vestimentaires n’impliquant pas le port du pantacourt. Être une femme permet de ne pas être du même sexe que Robert Ménard, c’est toujours agréable de ne pas avoir un truc en commun avec une personne dont la pensée est aussi savoureuse que des blocs sanitaires de camping en heures de pointes un lendemain de soirée sangria. Et elles donnent la vie.

Les inconvénients: elles sont moins bien payées, elles sont parfois discriminées, et elles donnent la vie.

Ce qui pourrait être une belle aventure, si ça n’impliquait pas de subir ce qu’on appelle les violences obstétricales. Dénoncées ces derniers temps via le hashtag #balancetonaccouchement. Les violences obstétricales, ce sont l’ensemble des pratiques abusives, maltraitances, et paroles affreuses dont certains praticiens sont les auteurs.

Comme par exemple, l’épisiotomie systématique dont on sait pourtant qu’elle n’apporte pourtant aucun bénéfice. Sauf si on considère qu’un entrejambe en carpaccio est un vrai plus dans la vie. C’est aussi l’expression abdominale ; les touchers vaginaux pratiqués sans consentements, ou encore ce médecin qui dit à une patiente en la recousant "je vous fais un petit point en plus, ça fera plaisir à votre mari". Si un corps mutilé était un cadeau romantique, ça fait longtemps que Smartbox aurait lancé un coffret "route des vins dans les châteaux de la Loire et suture du vagin".

Ces pratiques avaient déjà été dénoncé par Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes. À chaque fois, il est opposé la même réponse : ces violences c’est dans la tête des femmes, alors qu’après un accouchement, c’est pas sur ta tête que t’as du mal a t’asseoir, que les femmes sont des chochottes, phrases prononcées par des hommes qui récitent leurs dernières volontés pour un panaris.