Le SMS générateur de violence entre les êtres humains et facteur d’ascenseur émotionnel

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

C’est l’anniversaire du SMS ! Le premier texto ayant été envoyé le 3 décembre 1992 par un certain Neil Papworth. À l’époque, personne n’y croyait. 85% des Français déclaraient que cela ne les intéressait pas d'envoyer des messages par texte, qu’ils préféraient téléphoner ou recevoir un appel.

Il faut dire aussi qu’en 1992, la France sidérée découvrait le chômage à 10%, le crash sur le Mont Odile, et Jordy et son "dur dur d’être un bébé" numéro un des ventes. Ça ne donnait pas très envie de croire en l’avenir.

Pourtant, un quart de siècle plus tard, le SMS s’est imposé comme principal outil de communications. On envoie en moyenne 240 sms par mois : sur cinquante ans, ça représente les sept tomes d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. L’analogie porte sur la longueur, pas sur la qualité des écrits. Le niveau général des sms se situant généralement entre les 12 tomes de Tchoupi et la richesse lexicale d’un membre de l’équipe de France.

Grace aux SMS, on communique plus mais est-ce que l’on communique mieux ? Vu les procédés narratifs de nos sms, rien n’est moins sûr.

On a tous ici, reçu un texto de notre maman signé "maman". Le concept d’affichage du numéro et du répertoire lui étant totalement étranger. Comme si en plus, on ignorait qu’il n’y a qu’elle pour envoyer un SMS disant "c’est la semaine du blanc à la redoute, profites-en on a jamais de draps housses".

Les sms c’est aussi générateur d’une violence inouïe dans les rapports entre êtres humains : il y a ce qu’on appelle le ghosting, le fait de ne pas répondre aux SMS. Il y a un endroit spécial en enfer pour les gens qui ne répondent pas aux textos où ils sont forcés d’écouter Despacito et le one man show de Tex des amours en mangeant des abats.

Le SMS est également facteur d’ascenseur émotionnel. Tu attends un texto important, ton téléphone vibre, tu es parcourue de frissons et c’est un texto de la Redoute qui t’annonce la semaine du blanc.