Interdiction des cigarettes dans les films français : épargnez-nous un Taxi 6 pour la sécurité routière !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Nadia Daam a une bonne et une mauvaise nouvelle : la bonne, c’est que le parti socialiste est sorti de son état végétatif et a des idées.
La mauvaise, c’est que le parti socialiste est sorti de son état végétatif et a des idées. En tout cas, une socialiste a eu une idée.

La sénatrice PS de la Sarthe, Nadine Grelet-Certenais, a suggéré à la ministre de la Santé d’agir pour que la cigarette soit moins présente dans le cinéma français, voire pour interdire la clope dans les films français. Alors que selon Nadia Daam, on ferait beaucoup plus pour la santé publique si on interdisait Frank Dubosc dans le cinéma français. Un jour, Nadia Daam est suis tombée sur Camping 3, elle été hospitalisé pour un décollement de la rétine.

L’idée a enthousiasmé Agnès Buzyn, qui a déclaré que "elle non plus ne comprend pas l’importance de la cigarette dans le cinéma français". On ne comprend pas l’importance de Nicolas Hulot dans le gouvernement français, ce n’est pas pour ça qu’on veut le supprimer. Mais soit.

Évidemment, le milieu du cinéma a immédiatement réagit. Arnaud Desplechin, dont la filmographie est en effet une ode au poumon artificiel va peut-être lancer le hashtag #BalanceTonPaquetNeutre pour dénoncer l’hygiénisme et les outils parfois absurdes de la lutte anti-tabac.

Déjà, ce n’est pas parce qu’un acteur fait un truc dans un film qu’on va tous faire pareil. En France, deux millions de personnes ont vu Fifty shades of grey, ce n’est pas pour autant qu’ils ont tous suspendu leur partenaire sexuel à des poulies en sortant du cinéma.

Et puis on peut se demander où ça va s’arrêter si le cinéma doit avoir se substituer à l’INPES, Institut national de prévention et d'éducation pour la santé. Ça voudrait dire que si on retournait Tchao Pantin, l’histoire de Lambert, pompiste alcoolique et dépressif, ça raconterait aujourd’hui l’histoire de Lambert qui carbure à Rozanna, l’eau riche en magnésium et pratique la marche rapide.

Finalement, il y a peut-être un domaine sur lequel le cinéma français pourrait faire un effort pédagogique. C’est sur la sécurité routière. Ça aurait au moins le mérite de nous épargner un probable Taxi 6.