Faites appel au "happy conflit" pour éviter le burn-out grâce à votre "chief happiness officer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

On parle de plus en plus de la souffrance au travail, des burn-out et du management à la shlage. Mais plutôt que d’initier Élise Lucet au Krav-maga et de la lâcher dans les sièges sociaux du CAC 40, on a préféré leur envoyer des coach en bonheur en entreprise.

Nadia Daam est tombée hier sur le portrait de l’une d’elles dans le figaro magazine. Elle s’appelle Sophie, elle a créé la société Good Mood Class, est l’auteur du blog "The other art of living", et elle ne concourt visiblement pas pour le prix de la francophonie. Son idée à elle, c’est de mélanger développement personnel et travail. Les adeptes du développement personnel ce sont ces gens qui luttent contre la dépression en écrivant des haikus et en taillant des bonzaï. Probablement parce qu’une branche de bonzai ce n’est pas assez haut pour se pendre.
Il faut aussi compter avec les chief happiness officer, responsables du bonheur en entreprise, dont l’objectif est d’améliorer le cadre de vie des salariés. Ça passe par différentes techniques.
Ils pratiquent par exemple ce qu’ils appellent le "happy conflit". Transformer une altercation avec un collègue en moment de joie. Vous verrez qu’un jour, on va nous inventer le "youpi divorce" ou le "funny mort d’un proche".
Il est aussi recommandé de faire venir nos enfants sur nos lieux de travail car "c’est le meilleur moyen d’apporter une ambiance toute particulière dans vos locaux". La dernière fois que Nadia Daam a amené sa fille au boulot, elle a vomi dans le bac A4 de la photocopieuse et dit à mon chef qu’il puait de la gueule.
Figurez-vous que les chief happiness officer préconisent même de remplacer nos fauteuils de bureau par des ballons de fitness pour raffermir nos zones pelviennes en travaillant. C’est sûr que rééduquer son périnée dans l’open space ça crée des liens. Pour reprendre les anglicismes chers à la start-up nation, ça sent le bullshit.