Éducation nationale : l'école aurait bien besoin de se tourner vers l'avenir

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Il fut un temps où Nadia Daam passait ses dimanches à se demander à quel moment c’était une bonne idée, la veille, de crier "tournée générale" dans un bar de motards. Elle avait des dimanches de trentenaire célibataire, insouciante, et à découvert. Maintenant que s’amorce la douloureuse pente vers la quarantaine, elle a des dimanches de vieux. Elle se lève à huit heures, achète un poulet, paie ses factures et écoute le Grand Jury sur RTL.

Ce qui lui a permis d’entendre en direct l’interview de Jean-Michel Blanquer et de se poser une première question. Pourquoi avoir choisi pour ministre de l’Éducation un homme dont la caractéristique principale est qu’il fait peur aux enfants ? C’est un peu comme si on avait pour ministre de l’Écologie un chasseur de gallinette cendrée. Le rapport texte image est un peu confus.  

Ceci étant dit, Nadia Daam a quand même du vérifier qu’on était bien en 2017.

Car Blanquer a égrené un certain nombre de mesures dont on peut dire pudiquement qu’elles sont anachroniques. Il a d’abord confirmé l’interdiction du téléphone portable dans les collèges et dans les lycées dès la rentrée 2018. Alors qu’il me semble plus urgent de confisquer son portable à Claude Lelouch. Ça lui évitera de filmer des obsèques.

Il s’est aussi prononcé pour le port de l’uniforme pour les écoles qui le veulent. On peut, comme Nadia Daam, militer contre la mode des claquettes-chaussettes et estimer que le port de la jupe plissée et du bleu marine n’est pas exactement ce qu’on peut appeler une disruption.

Enfin, il a aussi décrété que les mères voilées ne devraient pas accompagner les sorties scolaires, ressuscitant ainsi une polémique de 2012 que l’on croyait tranchée par le Conseil d’état.

Pourtant tourner l’école vers l’avenir et non le passé est une priorité. Un exemple personnel, le projet éducatif de la classe de sa file consiste à faire pousser un haricot dans du coton. Ce qui était bien du temps de René Coty, mais un peu dépassé aujourd’hui. Allez à tous les profs qui réclament des moyens, du personnel, de la mixité sociale et du matériel pédagogique, samedi prochain, Nadia Daam paie sa tournée.