50 Nuances plus claires : "Un navet interprété par des endives"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Hier, j’annonçais ici que 2018 ne s’annonçait pas sous les meilleurs auspices. Pressentiment confirmé quand pendant la journée, j’ai découvert la dernière bande annonce du troisième volet de 50 Shades of Grey, dont la diffusion est prévue pour le 7 février prochain. Ce troisième volet s’intitule "50 Nuances plus claires", il succède à "50 Nuances plus foncées", qui lui-même succédait à "50 Nuances de Grey". Heureusement que le mec qui a donné son nom au personnage s’appelle "Christian Grey" et pas "Pierre Martinet". On aurait eu tout le champ lexical du taboulé.

Alors pour ceux qui sont passés à côté du phénomène, le pitch : Anna, jeune femme naïve, fraîche et dont on découvre vite qu’elle n’a pas inventé le mur mitoyen, rencontre, Christian Grey, un riche homme d’affaires qui a un hobby qui sort un peu du commun, puisqu’il consiste à vouloir mettre la boule noire de motus dans la bouche de toutes celles qu’il croise. Et c’est sur cette trame que sont brodés les livres puis les films de ce qui est devenu une saga et un phénomène qualifié de porno pour mamans.

Alors, moi, je suis une maman, et je crois que j’ai davantage été sexuellement stimulée par des volets roulants que par ça. Déjà parce que les acteurs ont le charisme et la sensualité d’une poule d’eau. Aussi, parce que les dialogues semblent avoir été écrits par une personne en pleine rupture d’anévrisme. Par exemple, cette phrase du tome 4 : "Son parfum frais et propre me rappelle les pommiers de mon grand-père." A quel moment se souvenir de son papy donne envie d’attacher quelqu’un ? Sauf si papy était un fan de Motus, auquel cas, tout s’éclaire…

Rassurons nous, dans cette fameuse bande-annonce, on apprend que Christian et Ana se marient et vont avoir un bébé. C’était bien la peine de vanter les mérites des pinces à tétons et du rayon "câbles, chaînes et cordes de chez Leroy Merlin" pour que ça finisse comme un épisode de Joséphine Ange Gardien. Le 7 février, faites comme moi, allez au cinéma voir "50 Nuances plus claires", payer 10 euros pour aller voir navet interprété par des endives. C’est ça le vrai frisson du sadomasochisme.