Laëtitia d’Ivan Jablonka : le portrait d'une victime

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
    Le coup de coeur du jour est une chronique de l'émission Europe matin
    Partagez sur :

    Chaque matin, les équipes d'Europe 1 vous emmènent à la découverte de leur coup de cœur du jour qu'il soit musical ou sur grand écran.

    Laëtitia d’Ivan Jablonka aux éditions du Seuil.

    Nicolas Carreau a lu ce weekend un livre-enquête sur un fait divers.

    En tout cas, c’est ce qu’il pensait. Il s’agit de Laëtitia de l’historien et écrivain Ivan Jablonka. Laëtitia, c’est Laëtitia Perrais, assassinée dans des circonstances particulièrement horribles en janvier 2011. Elle avait 18 ans. L’histoire avait fait pas mal de bruit à l’époque. Son meurtrier était un criminel notoire et Nicolas Sarkozy avait mis en cause la responsabilité des juges. On pourrait donc d’abord penser que c’est encore un livre sur un fait divers. "Encore", parce que la rentrée littéraire en regorge cette année. Mais c’est une erreur. Ce n’est pas un livre sur un fait divers, c’est un livre sur Laëtitia Perrais. Et ça change tout !

    C’est-à-dire ?

    Quand Ivan Jablonka a entendu parler de cette histoire, il a été choqué. Par la violence du crime, bien sûr, mais surtout parce qu’il s’est aperçu que l’on parlait de tout le monde. Du criminel, des policiers, des juges, de tout le monde donc, sauf de Laëtitia ! Dans ce livre il a voulu lui redonner vie d’une certaine manière, raconter sa vie. Pour ça, il a d’abord rencontré Jessica, la sœur jumelle de Laëtitia. Il voulait sa bénédiction, sa permission d’écrire sur sa sœur. Mais Jessica lui a donné plus, elle l’a aidé. En lui parlant de sa sœur, et en lui donnant accès à certaines informations, comme son profil Facebook, par exemple. Elle lui a parlé de leur parents, des habitudes de Laëtitia, de ses amis et de sa vie.

    Et il ne dit rien de l’enquête de police ?

    Si, si. Il a également interrogé les policiers, les témoins pour essayer de reconstituer les événements de cette nuit de janvier. Le livre se lit aussi comme un polar. Tout est étudié à la loupe. Mais le récit alterne entre le crime et la vie de Laëtitia. Son enfance difficile, ses problèmes à l’école, mais aussi comment elle réussissait doucement à s’en sortir. Bref, qui elle était. C’est très bien écrit, ce qui ne gâche rien. Avec ce livre, Ivan Jablonka bouscule un peu le genre. C’est sans doute pour ça qu’il fait du bruit en cette rentrée littéraire.

    A lire donc : Laëtitia d’Ivan Jablonka aux éditions du Seuil.