"Je voulais juste rentrer chez moi" : le téléfilm de France 2 sur les erreurs judiciaires

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'info média est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Philippe Vandel fait le point sur un élément précis de l'actualité média.

Ce soir à 20h55, France 2 diffuse un téléfilm bouleversant et exceptionnel : "Je voulais juste rentrer chez moi". Il raconte le drame de Patrick Dils, condamné à perpétuité et qui a fait 15 ans de prison pour le meurtre de deux enfants, meurtre qu’il n’a pas commis.

"Je voulais juste rentrer chez moi", c’est l’explication qu’a donnée des années plus tard Patrick Dils, pour expliquer comment les enquêteurs ont réussi à lui extorquer des aveux. Il avait 16 ans, et à l’époque, il n’y avait pas d’avocat durant la garde à vue. Philippe Vandel a rencontré Patrick Dils le mois dernier et il reconnaît "J’ai du faire plus de 2.000 interviews dans ma vie. J’ai rarement été aussi ému et touché. Par exemple, quand il revient sur ses 15 années passées en prison, pour rien."

"Il faut savoir que dans une prison, il y a une hiérarchie sociale", explique-il au micro d'Europe 1. "Et le meurtre d'enfants est ce qu'il y a de plus ignoble. Ça n'a jamais été une colonie de vacances, ça n'a jamais été non plus l'armée mais ça a été la plus dure école de la vie. J'ai été obligé de me justifier, de longer les murs, où j'en ai pris plein la gueule. Je suis passé par toutes les étapes : l'humiliation, le tabassage, le racket, pour finir par être violé pendant un certain temps."

Patrick Dils a reconstruit sa vie. Il est marié, il a deux petites filles. Il habite dans le Sud parce qu’il a trouvé un travail là-bas. Il a une vie sinon anonyme, du moins ordinaire. D’où la question : "Avez-vous jamais voulu ou pensé à changer de nom ?" "Absolument pas", répond-il. "Je suis fier de m'appeler Dils. Parce que je n'ai jamais eu l'envie de fuir, de me cacher... Je n'ai jamais eu quelque chose à me reprocher, j'ai toujours sur que j'étais innocent. La seule chose que je ne savais pas à l'époque, c'était quand et où je ressortirais par la grande porte." Et si la peine de mort avait toujours été en vigueur ? "Je ne serais plus là aujourd'hui".

Le téléfilm passe donc ce soir sur France 2, suivi d’un débat sur les erreurs judiciaires. L’intégralité de l’entretien de Patrick Dils est à retrouver dans le Villages médias de mercredi.