Taxe sur la robotisation : Bill Gates est d'accord avec Benoît Hamon

  • A
  • A
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Le patron fondateur de Microsoft, Bill Gates, déclare qu'il faut "taxer les robots" ce qui est exactement ce que propose le candidat socialiste, Benoit Hamon.

Bill Gates : au secours de Benoît Hamon !

Le patron fondateur de Microsoft déclare qu'il faut "taxer les robots" et c'est exactement ce propose le candidat socialiste Benoit Hamon.

Taxer les robots est une proposition controversée de Benoît Hamon, qui est beaucoup critiquée à droite, au Medef mais également à gauche notamment par Arnaud Montebourg
Dans une interview accordée à la presse américaine, Bill Gates déclare : "Si un travailleur produit, disons une richesse de 50.000 euros dans son usine. Ce revenu est taxé. Si une machine vient et fait la même chose, on pourrait penser que nous imposerions le robot à un niveau similaire".

C’est quasiment mot pour Mot le discours de Benoît Hamon : "Si demain un machine remplace un homme, et crée de la richesse, il est normal qu'elle cotise".
Le candidat Socialiste s'appuie sur de nombreuses enquêtes qui affirment que la robotisation va détruire des millions d'emplois. 9% nous dit OCDE. Et que donc, il faut bien financer notre système social à défaut de taxer le travail des humains, taxons le travail des robots.

Pourquoi cette idée est-elle rejetée y compris à gauche ?

Beaucoup disent qu’en taxant les robots, on va décourager la robotisation.
Or la vertu du robot c’est d’être plus compétitif. Oui, on détruit des emplois mais on en crée d'autre. Comme à chaque fois, le progrès technique fait évoluer l'emploi. Au Moyen-Âge, nous étions tous des paysans. Depuis, il y a eu le tracteur et on fait autre chose.
L’Allemagne est un pays deux fois plus robotisée que la France mais qui a également deux fois moins de chômage.

Deuxième bémol de taille, c'est quoi un robot ?

Est-ce qu'une science électrique ? Est-ce qu'une perceuse, c'est un robot ?
Allons plus loin, est-ce qu'il faut taxer les aspirateurs parce qu'ils prennent la place des femmes de ménages ?
Benoît Hamon pose la véritable question : comment financer demain notre protection sociale ? Est-ce que ce financement doit continuer à s'appuyer quasi exclusivement sur le travail ou sur d'autre sources de financements ?


Benoit Hamon, qui sera, ce mardi, l'invité de Fabien Namias à 8h15.