Renault, numéro 1 mondial !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

Un Français nouveau numéro un mondial.

Ce Français est un peu cosmopolite : c'est Renault-Nissan-Mitsubishi. L'alliance (comme on dit) est devenue, pour la première fois de son histoire l'an dernier, le premier constructeur de voitures au monde. Carlos Ghosn l'a affirmé ce mercredi lors d'une audition à l'Assemblée nationale. Les trois groupes ont vendu plus de 10,6 millions de véhicules dans le monde. C'est quelques voitures de plus que Volkswagen et le troisième devrait être Toyota.

Être numéro un ça change quoi ?

Ça ne porte pas toujours chance, Toyota une fois numéro un a été au cœur d'un gros scandale aux États Unis. Une pédale d'accélération défectueuse a coûté la vie à plusieurs automobilistes. Quelques années plus tard, Volkswagen tout nouveau numéro un mondial s'est fait avoir (toujours aux États-Unis) pour son fameux logiciel truqueur pour les normes antipollution.

Plus sérieusement c'est une consécration. Il n’y a pas autant de constructeurs que cela qui peuvent se vanter d'avoir été un jour numéro un mondial. Et puis surtout dans l'automobile, plus on est gros plus on a du poids aussi face aux fournisseurs. Donc c'est plus rentable, ça permet de faire des économies. Et puis ça vient aussi saluer l'alliance lancée par Renault. Qui aurait cru un jour que Renault, constructeur français qui avait pris une grosse participation dans un constructeur japonais bien mal en point, deviendrait numéro 1 mondial ?

Car ce modèle de l'alliance est assez étonnant ?

Effectivement et pour Carlos Ghosn c'est le seul modèle qui fonctionne dans l'industrie. Lors d’un petit déjeuner en petit comité à New-York en avril 2012, il avait vanté ce style d'organisation. Pour lui, l'alliance ce sont des marques indépendantes qui gardent leur identité (c'est capital) et qui mettent en commun tout ce qui est possible pour faire des économies comme les achats de matériel, certaines usines ou encore certaines pièces. Alors que selon lui, les rachats sont quasiment tous des ratés dans l'industrie automobile. Il avait cité notamment l'échec assez retentissant du mariage entre Daimler et Chrysler. Mais attention, il y a encore beaucoup de travail à faire pour que l'alliance entre Renault, Nissan et Mitsubishi fonctionne à plein. Ce n'est pas le tout de vendre beaucoup de voitures, il va falloir notamment redresser le petit dernier arrivé dans l'alliance. Et réussir tout cela alors que Carlos Ghosn va être moins opérationnel puisque son mandat arrive à échéance en juin chez Renault et qu’il ne devrait ne plus être, à sa demande, le patron opérationnel. Et puis surtout, il va falloir réussir à lutter contre le mauvais sort réservé aux numéros un mondiaux.