Prélèvement à la source : le casse-tête particulier pour les employeurs

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Carole Ferry fait le point sur l'actualité économique.

Carole Ferry remplace Emmanuel Duteil ce mardi 15 mai 2018.


Journée spéciale impôts sur Europe1, en partenariat avec le guide des impôts du Parisien/Aujourd'hui en France.

C'est le moment de faire votre déclaration de revenus pour 2017, c'est sur cette base que seront calculés les premiers montants du prélèvement à la source.

Le prélèvement à la source qui débute en janvier prochain. À partir de cette date, le montant de votre impôt sera directement déduit, chaque mois, de votre salaire. C'est alors votre employeur qui collectera l'impôt à la place du trésor public. L’avantage, c’est que nous paierons nos impôts en fonction de nos revenus du moment et non plus avec un an de décalage.  

Mais les entreprises ont peur de ne pas être prêtes à temps.

Sur le papier c'est simple, elles ont l'habitude de collecter l'impôt. Elles le font déjà avec la CSG ou les cotisations retraites. Là, ce sera juste une ligne de plus sur notre fiche de paye : la ligne "impôts sur le revenu".  

Sauf que nous sommes seulement en train de faire nos déclarations. Les entreprises n'ont donc toujours pas le pourcentage de salaire qu'elles devront retirer pour chaque salarié, à six mois de l'entrée en vigueur, elles ont peur que ça bug un peu au démarrage.

Alors si vous êtes chef d'entreprise et que ça vous inquiète, sachez que vous pourrez tester le dispositif dès le mois de septembre. Le gouvernement prévoit une phase d'essai pour les entreprises volontaires.

Ça veut dire que notre salaire va baisser en janvier ?

Forcément, sauf si vous n'êtes pas imposable. Cette baisse du salaire net c'est aussi une des craintes des entreprises avec l'effet psychologique sur les salariés qui seront moins bien payés. Les entreprises n'y sont pour rien mais ce sont elles qui vont se prendre de plein fouet, le retour de boomerang. Les négociations salariales risquent d'être beaucoup plus tendues l'an prochain.

Sachez, là aussi, que si vous souhaitez contester le montant de votre impôt, ce n'est pas à votre patron qu'il faudra aller vous plaindre. C'est bien l'administration fiscale qui restera votre interlocuteur.

On peut aussi être employeur nous-même, à domicile, est-ce que ce sera à nous de collecter l'impôt ?

On met le doigt sur un vrai problème. En effet, si vous employez une femme de ménage, une nounou ou un prof de piano, ce sera à vous de déduire de son salaire le montant de ses impôts.

Plusieurs cas de figure :

Vous passez par pajemploi pour la garde d'un jeune enfant, vous pourrez demander à pajemploi de s'en charger. Pareil pour le Cesu. Mais si vous ne passez ni par l'un ni par l'autre, il faudra en effet que vous déduisiez vous même le montant des impôts de votre employé. Le mieux est de se renseigner auprès de l'administration fiscale.


Si vous avez des questions sur votre déclaration de revenu actuelle ou à venir, vous pouvez donc écouter Europe 1 toute la journée ou vous plonger dans le guide du Parisien/Aujourd'hui en France, une mine d'informations que vous pouvez trouver en kiosque dès aujourd'hui.