Pourquoi la grande distribution se tourne de plus en plus vers le bio ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

Le bio a le vent en poupe dans la grande distribution. Auchan lance à son tour des magasins dédiés.

Il faut dire que ce sont les rayons qui fonctionnent le mieux en ce moment dans les hyper. Imaginez le marché du bio a progressé de 50% en seulement trois ans. Selon un spécialiste du secteur, il y a encore quelques années le bio marchait juste un peu à Paris et dans le Sud Est. C'était un marché où les séniors était très présents. Aujourd'hui, tout le monde achète du bio. Dans toutes les couches de la population, on achète de plus en plus de bio. Même si ça cartonne le bio ne représente que 3% de l'alimentation aujourd’hui. Mais tout le monde s'accorde sur un point, c'est une lame de fond et du coup la grande distribution ne peut pas rester en retrait.

Et c'est pour cela que le bio est partout dans les grandes surfaces ?

En effet, il y a de plus en plus de rayons dédiés. L'un des leaders du bio en France, Bjorg, milite justement pour avoir des rayons où tous ses produits sont rassemblés. Ce qui est surtout très visible dans la grande distribution, c'est que la gamme bio est de plus en plus vaste. On est très loin de l'image des seuls fruits et des légumes. En tout cas, c'est très intéressant pour la grande distribution. Le bio qui est plus cher à la vente fait augmenter le panier moyen de 30 à 40%. Ça fait aussi venir dans les grandes surfaces des publics plus aisés, ce qui est très utile à un moment où les hypermarchés sont un peu délaissés.

Mais du coup a-t-on assez de bio pour répondre à la demande ?

C'est le problème. Le mouvement est beaucoup trop rapide pour que la production réponde à la demande. L'année dernière, par exemple, ça a été tendu sur le lait bio. La demande a explosé mais pas la production. Il n'y avait pas assez de fourrages bio pour nourrir les animaux. En effet, passer au bio demande de gros efforts pour faire muter les terres agricoles. Il faut au minimum trois ans. Il faut apprendre à travailler la terre différemment. Du coup, aujourd'hui, on importe énormément de bio depuis l'étranger comme la Belgique, l'Allemagne ou l'Espagne. Si on veut vraiment que ça devienne une cause nationale, il faut un plan plus clair. Pour arriver à 10% de bio en Suède, c'est un projet de société par exemple.