Méga rachat dans le secteur aéronautique français : Safran rachète Zodiac

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

L'entreprise Zodiac va être rachetée pour huit milliards d'euros par la société Safran pour pouvoir honorer ses nombreuses commandes en retards à Boeing et Airbus.

Méga rachat dans le secteur aéronautique français : Safran rachète Zodiac.

Quels sont les enjeux de ce mariage ?

Qu’est-ce que Safran ?

Safran est le champion français des moteurs d'avion, il équipe de nombreux Airbus Boeing et fabrique aussi les moteurs de la fusée Ariane, les moteurs d'hélicoptère,
Les systèmes d'atterrissage, les systèmes électriques ou de guidage.
Il s’agit d’un équipementier aéronautique.

Safran rachète donc Zodiac ?

Il ne s’agit pas des bateaux qui ont été vendus il y a 10 ans mais uniquement l’activité aéronautique.
Zodiac est le numéro un sièges d'avions, des toilettes, des coffres à bagage ou des toboggans. Il s’agit d’un marché très spécifique puisque le matériel est très léger, très résistant et surtout très technologique.
L’entreprise a des commandes par-dessus la tête du coup, elle perd les pédales et n’arrive plus à fournir, ce qui entraine des retard de livraison et donc des pénalités.
Boeing & Airbus furieux sont évidemment furieux. Exemple : un A350 dort sur le parking car ne peut pas livrer au client puisqu’il manque les toilettes zodiac qui n'arrivent pas.
Il y a donc un réel problème de management.
Zodiac est une entreprise qui a multiplié les rachats, ce n’est pas un groupe intégré mais plutôt une fédération de PME avec un côté un peu artisanal.
Sauf qu'on ne travaille pas sur un coin de table avec Airbus & Boeing.

Le Figaro nous apprend que Safran, champion Français des moteurs, rachète Zodiac pour huit milliards.
Cette opération conforte la filière française de l'aéronautique qui est un point fort de l’économie française puisque ce secteur génère un excédent de 22 milliards d’euros.
C'est, et de loin, le premier poste excédentaire de notre commerce extérieur.