L’expansion européenne de Free : après l’Italie, l’Irlande

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

L'économie maintenant avec vous Emmanuel Duteil. Et vous vous intéressez ce matin à Free qui se lance à la conquête de l'Irlande.

En effet la maison mère de Free d'un côté et de l'autre coté la société d'investissement personnelle de Xavier Niel - le fondateur de free - ont annoncé hier avoir pris chacun une participation dans Eir. C'est le France télécom du coin - je devrais dire Orange -. C'est à dire que c'est l'opérateur historique. Mais il est loin d'avoir la position de leader qu'Orange peut avoir en France. Eir s'en sort pas mal dans le fixe ou il détient un gros tiers du marché. En revanche dans le mobile il est complètement à la traine derrière notamment le géant Vodafone. Free adore être dans la position de challenger. Alors officiellement pour le moment c'est surtout un investissement financier. C'est à dire qu'ils pensent avoir décelé une proie qui gagne déjà correctement sa vie comme ça. Mais le groupe ne cache pas que ça pourrait devenir un projet industriel. C'est à dire mettre ses hommes - et ses femmes - à lui et espérer renouveler le succès de Free en Irlande.

C'est la première sortie de Free en Irlande ?

Non. Le gros morceau de Free c'est l'Italie. Ils doivent se lancer - avec un peu de retard - d'ici quelques semaines. L'Italie c'est un marché compliqué qui ne s'est pas modernisé. Ça va être un sacré défi pour le groupe. A titre personnel Xavier Niel s'était déjà développé en Europe. Il a par exemple acheté Monaco Télécom. C'est petit comme opérateur mais il en a fait un vrai laboratoire technologique. En avril dernier, Monaco Telecom a présenté l'un des réseaux 4g les plus rapide au monde. Il s'est aussi développé en Suisse avec un opérateur mobile qui s'appelle Salt.  Mais c'est dur. Plus loin de la métropole : il s'est aussi implanté à Mayotte et à la Réunion et tente de mettre un pied en Afrique en l'occurrence au Sénégal.

Est-ce que ces investissements à l'étranger Emmanuel montrent que ça ne va pas bouger en France.

Vous avez raison Raphaëlle. Tous les acteurs assurent qu'il n'y a plus de discussions. Ce qui est sûr c'est que la donne à changer en quelques mois. Free a poursuivi le développement de son réseau. Il n'a donc plus autant besoin des antennes de Bouygues. Bouygues a réussi à coup de promo notamment dans le fixe à se relancer sur le marché. SFR n'est plus du tout en position de force. Même si ça va un peu mieux l'action de sa maison mère s'est effondrée tout de même de 60% en 3 mois. Il ne peut plus jouer les ogres prêts à tout avaler. Quant à Orange grâce à son avance dans le fibre c'est un leader assez confiant. Donc effectivement on devrait rester à 4 acteurs chez nous ce qui est une bonne nouvelle pour le consommateur. Ça pousse la concurrence. Il suffit de voir toutes les offres de Noël.