La loi sur les invendus de la grande distribution a-t-elle porté ses fruits ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Carole Ferry fait le point sur l'actualité économique.

Le verdict des états généraux de l'alimentation doit tomber demain qu'est-ce le gouvernement va en tirer sur la question des pesticides, du bio dans les cantines scolaire. Il sera également question du gaspillage alimentaire et sur cette question. Carole Ferry, le gouvernement devrait demander une évaluation de la loi sur les invendus dans la grande distribution :

Oui cette loi qui oblige les supermarchés de plus de 400 m2 à signer une convention avec les associations  pour donner leurs invendus plutôt que de les détruire. Une loi qui aura bientôt 2 ans et deux ans après et bien il n'y aucun chiffre officiel pour  évaluer son efficacité. Ce qui remonte du terrain c'est que la grande distribution joue le jeu.  22% de ce qui distribue  les restos du cœur par exemple vient aujourd'hui des invendus de la grande distribution. C’est quasiment le double d'il y a un 2 ans.

Mais il y a encore beaucoup de freins. Les associations n'ont pas toujours  les moyens d'aller chercher la nourriture qu'on leur donne, elles doivent ensuite faire le tri, ça prend du temps, des bras. Alors l'Ademe, (l'agence de l'environnement) vient de débloquer un million d'euro pour acheter des camions frigorifiques. Mais Vous voyez ça n'est pas aussi simple et alors que certains envisagent d'obliger la restauration collective, (les cantines d'entreprise par exemple), à faire comme la grande distribution et bien une évaluation n'est sans doute pas inutile.

Mais ça représente beaucoup la grande distribution dans le gaspillage alimentaire ?

C'est 14% ! Alors 14% de 16 milliards ça n'est pas une paille non plus, c'est plus de deux milliards d'euros. Mais c'est moins que l'industrie agroalimentaire par exemple, qui jette énormément dans la fabrication des plats préparés, (le reste des tomates pour la sauce par exemple). Qui jette beaucoup aussi au moment des changements de chaine de fabrication. Quand vous passez du yaourt a la fraise au yaourt à la vanille, il faut nettoyer tous les tuyaux c'est du produit perdu.

Mais le gros du gaspillage, c'est un tiers: les producteurs, quand ils jettent les fruits et légumes pas assez beaux pour être vendus ou quand ils produisent plus de salade qu'on ne leur en achète au finale. Et puis le dernier tiers.

C'est  nous j'imagine, les consommateurs ?

Exactement. Quand on achète trop, qu'on ne regarde pas les dates de péremption et que ça fini à la poubelle. Ce qu'on laisse dans notre assiette. Au total : écoutez ce chiffre c'est environ 30 kilos par an et par personne,  400 euros de perdus en moyenne chaque année. Alors on a petit buffet de noël tout à l'heure à la rédaction, je vous propose qu'on en laisse pas une miette.