KFC lance la reconnaissance faciale pour faciliter les commandes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

La chaîne américaine KFC a mis au point un système de reconnaissance faciale permettant d'anticiper la commande de leurs clients.

L'étonnante innovation de la chaine de restaurant KFC : la chaine américaine est capable de deviner ce que vous allez commander en analysant votre visage.

Cette expérience a été menée en Chine.

Vous entrez chez KFC, un petit serveur robot scanne votre tête grâce à la reconnaissance faciale et vous suggère des menus en fonction de votre visage.

KFC indique que si la borne reconnait un homme d’une vingtaine d’années à l’heure du déjeuner, il va lui proposer de commander des ailes de poulet, un hamburger et un coca.

Dans le cas d’une femme d’une cinquantaine d’années qui commanderait à l’heure du petit déjeuner, la borne lui proposera du porridge et du lait de soja.

Bien sûr, les clients restent libres de refuser ces suggestions.

Si vous avez un visage plutôt rondelet. Le robot se dit que vous devez aimer les frites. Il va vous proposer un menu : Pomme Allumette et mayonnaise.

L’objectif est de gagner du temps en devinant à l'avance. Tout est automatisé.

Bien sûr, si vous êtes un client fidèle, le robot vous reconnaitra et vous proposera comme la dernière fois.

Cette innovation pose la question de l'utilisation des données personnelles.

KFC va tout connaitre de nos habitudes alimentaires qu'elle pourra revendre à Compagnies d'assurance. Lui il mange gras, il a donc un risque d'infarctus.

Soyons un peu parano : si subitement, vous vous mettez à commander des repas hallal, est ce que vous deviendrez suspect aux yeux des autorités ? 

Pas de la science-fiction : si vous allez aux USA, la douane américaine, vous demande les codes de vos réseaux sociaux (Facebook ou Twitter) pour enquêter sur votre vie privée et voir si vous représentez une menace terroriste.

Pour l'instant, c’est facultatif, mais on est dans un monde où l'on laisse énormément de données personnelles sur notre vie privée, qui deviennent des données publiques.