Engie va changer de tête

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

Et on passe à l'économie avec vous Emmanuel Duteil. Et on s'intéresse à la fin d'une ère chez Engie.

Oui Engie c'est l'ex GDF SUEZ. C'est l'un des plus gros groupes d'énergie au monde. Il est né du rapprochement en 2008 entre Gaz de France et Suez. Et l'homme qui a façonné cet ensemble c'est Gérard Mestrallet. Il a œuvré durant toute sa vie professionnelle pour créer ce mastonde. Il a pris un peu de champ il y a quelques temps lors de la nomination comme directrice générale d'Isabelle Kocher. Mais il a eu du mal à lâcher son bébé. Il est encore aujourd'hui président du conseil d'administration. A bientôt 69 ans, atteint par la limite d'âge, il va malgré tout devoir passer la main. Ce sera en mai prochain. Le nom de son successeur va être connu dès auj.

Il va donc être remplacé ?

Oui sur la pression de l'Etat on va garder chez Engie un président du conseil d'administration et un directeur général. C'est le second qui bosse vraiment. En l'occurrence c'est Isabelle Kocher qui est chargée de préparer le groupe aux bouleversements du monde de l'énergie. Elle résume toujours sa stratégie très simplement ce sont les 3 d. le 1er pour "décarboné" (pétrole et charbon remplacés par les renouvelables et le gaz), le 2ème pour décentralisé (une partie importante de l’énergie produite sur le site de la consommation) et enfin le dernier pour digitalisé (des capteurs en temps réel, le big data). Le président du conseil d'administration est lui chargé de regarder sur le long terme. C'est une sorte de mentor. Ce n'est un secret pour personne qu'Isabelle Kocher et Gérard Mestrallet ont pu avoir quelques différents. C'est aussi connu qu'Isabelle Kocher rêvait d'être la seule patronne à bord. Mais bon voilà l'Etat semble penser que c'est la meilleure solution.

Et on sait qui pourrait remplacer Gérard Mestrallet ?

Sauf énorme surprise ça va être Jean-Pierre Clamadieu c'est le patron du mastondonte de la chimie Solvay. L'Etat ayant encore 24% du capital. C'est l'Elysée qui de toute manière a validé le nom du successeur de Gérard Mestrallet. Ce job est très tentant, c'est un gros job d'influence proche du pouvoir. La nouvelle équipe va avoir beaucoup de travail. Ils vont devoir déjà vraiment travailler dans le même sens ensemble. Ce qui n'est pas une mince affaire chez Engie. Et puis surtout ils vont devoir continuer à préparer le groupe au monde de demain. Et si la stratégie définie par Isabelle Kocher est claire. Elle va devoir maintenant prouver son efficacité et ça ce n'est pas une mince affaire.