Bras de fer entre Donald Trump et les constructeurs automobiles

  • A
  • A
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Le président-élu Donald Trump exige des constructeurs automobiles américains et étrangers qu'ils fabriquent aux États-Unis pour pouvoir y vendre leurs véhicules.

Après Ford et General Motors, Donald Trump s'en prend maintenant à Toyota, qu'il accuse de délocaliser ses usines. Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan, s'invite dans le débat et répond au président-élu des États Unis. 

Trump menace Toyota de représailles s'il continue à construire des usines au Mexique pour fabriquer des voitures qui seront ensuite revendues le plus librement du monde aux États-Unis, sans aucune taxe à la douane. Tweet de Donald Trump à  Toyota : "PAS QUESTION ! Construisez des usines aux États-Unis ou payez d'importantes taxes à la frontière". De la même façon, il s'en était pris mardi à General Motors en les menaçant de "lourdes taxes aux frontières" s'il continuait à fabriquer au Mexique des voitures destinées au marché Nord-Américain. Avant, c'était Ford.

Mais, ça marche cette stratégie de Donald Trump !

Ford a, du coup, renoncé à une nouvelle usine au Mexique et annoncé un investissement dans le Michigan, aux États-Unis. Même si, il ne faut pas rêver, en terme d'emplois, les usines américaines - en l’occurrence Ford, une usine de voitures électriques - sont entièrement robotisées. On ne verra plus, aux USA, des chaines de montage à l'ancienne, avec des milliers d'ouvriers à la chaîne façon Les temps modernes de Charlie Chaplin.

Carlos Ghosn répond ce matin à Donald Trump dans une interview au Financial Times.

Il réclame des règles claires. Il est concerné, en tant que président de Nissan, qui lui aussi fabrique aux USA, pour le marché Nord américain. Carlos Ghosn, demande à Donald Trump d'établir des règles claires, qui soient les mêmes pour tous, sur où et comment fabriquer. Trump ne peut plus agir - via le tweet présidentiel qui vous tombe un matin dessus - et l'on vous promet une avalanche de taxe, de représailles, si vous continuez à délocaliser. On va voir maintenant, si l'Amérique rétablit des taxes aux frontières, avec le Mexique, et le Canada, et la Chine.