2017 se présente comme nouvelle année record dans l'immobilier

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La Une de l'éco est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Carole Ferry fait le point sur l'actualité économique.

Carole Ferry remplace Emmanuel Duteil du mardi 12 décembre au jeudi 14 décembre 2017.

2017 se présente comme nouvelle année record dans l'immobilier.

On se rapproche en effet du million de ventes sur l'année avec des prix qui continuent à grimper dans les grandes villes, on verra si ça va continuer.

2017 s'annonce a nouveau comme très bonne année pour secteur de l'immobilier, avec un nouveau record du nombre de ventes selon la FNAIM, la fédération nationale de l'immobilier. On se rapproche du million de transactions sur un an du jamais vu.

986.000 transactions exactement selon la FNAIM, c'est 16.7% de plus que l'an dernier.
Cette dynamique s'accompagne d'une forte hausse des prix de 4% de hausse en moyenne.
C'est beaucoup plus par exemple à Paris avec 7,8% de hausse selon les notaire, on devrait atteindre les 9.000 euros le mètre carré d'ici la fin de l'année.
À Bordeaux, on constate une hausse de 12% tandis qu’à Bourges, c’est près de 14% de hausse.
Les prix flambent dans toutes les villes qui concentrent emplois, étudiants et transports.
La situation est plus difficile en périphérie comme par exemple dans les Hauts De France. Lille concentre 70% de l'activité, alors que les prix décrochent à Maubeuge, Douai ou Dunkerque.
Pareil en Midi Pyrénées, les prix grimpent à Toulouse et Rodez alors qu'ils piétinent dans le Lot ou en Ariège.
L'écart se creuse entre grandes agglomérations et petites communes.

Est-ce que, là où ça augmente, ça va continuer l'an prochain ?

Très certainement, partout où la demande reste plus forte que l'offre. En particulier tant que les taux d'intérêts restent bas.
La Fed, la banque centrale américaine, pourrait annoncer une remontée des taux aujourd'hui mais l'impact devrait rester faible sur les crédits, d'autant que la Banque centrale européenne ne devrait pas lui emboiter le pas avant fin 2018.

Mais il n’y a pas un moment où les prix vont devenir inaccessibles ?

C'est déjà en partie le cas dans les grandes villes comme Paris, Bordeaux ou Lyon. Se lancer dans un premier achat devient quasi impossible pour les ménages modestes et notamment les jeunes.
En revanche, dans des villes qui restent à des prix plus accessibles comme Strasbourg ou Lille et es taux bas permettent au contraire d'accéder plus facilement à la propriété.
C'est du pouvoir d'achat supplémentaire d'autant que les banques se montrent actuellement moins regardantes sur le montant de l'apport, selon meilleurtaux.com.
Donc on a en fait une France coupée en deux.
Reste le problème du statut : 85% des embauches aujourd'hui se font en CDD et là, toute la France est logée à la même enseigne. La porte reste fermée à double tour pour ceux qui tentent d’accéder au crédit sans CDI.