Valls évoque "le problème de l’Islam, des Musulmans" dans la société Française

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque matin, Sylvain Chazot du Lab d'Europe 1 nous dévoile les coulisses de la politique.

Sylvain Chazot revient ce mercredi matin sur cette phrase prononcée par Manuel Valls hier. Une phrase qui promet de faire grand bruit.

Cela s’est passé ce mardi en Espagne lors d’une conférence organisée par le quotidien El Pais. L’ancien Premier ministre, né à Barcelone, parle d’identité et puis, très vite, il aborde le sujet de l’islam en France. Écoutez-le, Manuel Valls s’exprime en espagnol, qu’il parle couramment.
Voici la traduction : "Tous les pays souffrent d'une crise d'identité, d'identité culturelle. [...] Surgissent dans nos sociétés, par exemple dans la société française, le problème de l'islam, des musulmans. Tout cela nous interroge sur ce que nous sommes."
Manuel Valls parle donc non pas du problème de l’islamisme, mais celui de l’islam et des musulmans. Un peu loin, il nuance et dénonce les politiques populistes qui désignent un bouc émissaire : Bruxelles, les étrangers et les musulmans.

Ces propos sont quand même étonnants de la part d’un ancien ministre de l’Intérieur et donc ancien responsable des cultes.

Exactement, surtout, ils viennent s’ajouter à d’autres attaques récentes de la part de l’ancien Premier ministre contre la France insoumise ou Edwy Plenel, accusés de complaisance vis-à-vis de l’islamisme.
Ce qui est notable cette fois, c’est le changement de discours. Car il y a un an, Manuel Valls disait exactement l’inverse. C’était en octobre 2016, juste après la sortie du livre Un Président ne devrait pas dire ça, et dans lequel François Hollande estimait qu’il y avait "un problème avec l'islam". Écoutez Manuel Valls à cette époque.

Mais cette fois, il fait ça dans un but politique ?

On l’ignore ! S’il s’agit de se faire remarquer, c’est réussi. Si c’est pour obtenir un poste, c’est un peu plus compliqué car du côté de l’Élysée, une chose est sûre, ces attaques ne sont pas du tout appréciées.

Les émissions précédentes