Croix de Ploermel : certains politiques ne décolèrent pas

  • A
  • A
L'oeil du lab d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Aurélie Marcireau du Lab d'Europe 1 nous dévoile les coulisses de la politique.

Le Conseil d’État a confirmé le retrait d’une croix surplombant une statue de Jean Paul 2 à Ploërmel dans le Morbihan la semaine dernière et certain politiques ne décolèrent pas.

Furieuse notamment l’eurodéputée Les Républicains, Nadine Morano, sur France info, elle expliquait qu’elle en avait ras le bol de "la chasse aux croix" et proposait une solution.

Une pétition aussitôt approuvée (et signée on imagine ) par Christine Boutin qui en a profité pour rappeler sur Twitter son combat à elle, en son temps, pour l’inscription de cette notion de racines chrétiennes dans la charte européenne, en vain. Cette idée est tout sauf neuve. Souvenez-vous en 2005 et la rédaction de la constitution européenne ! La France par la voix de Jacques Chirac s’était opposée à la Pologne et à l’Italie qui voulaient inscrire les racines chrétiennes dans la constitution. 

Plus près de nous, en mai 2016, c’est Éric Ciotti qui avait déposé une proposition de loi constitutionnelle pour faire figurer dans la constitution française cette notion de racines chrétiennes. Un texte qui n’a pas été débattu à l’Assemblée.

Le même Éric Ciotti, député Les Républicains de Nice, qui a publié sur Facebook un statut il y a  48 heures. Avec une photo de l’œuvre et un texte : "un peuple qui oublie son histoire et censure sa culture est un peuple en perdition". 

Mais l’histoire n’est peut-être pas terminée car des juristes estiment que l’artiste pourrait s’opposer à une modification de son œuvre, ce qui laisserait un peu de temps à Nadine Morano pour sa pétition qu’elle pourra remettre en avant dans un mois quand va revenir (au moment des calendrier de l’avent)  le sujet des crèches de Noël dans les bâtiments publics.