À l'approche de la nouvelle année, les politiques prennent de bonnes résolutions

  • A
  • A
L'oeil du lab d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Sylvain Chazot du Lab d'Europe 1 nous dévoile les coulisses de la politique.

À l'approche de la nouvelle année, c’est l’heure des bonnes résolutions. Et du côté de l’extrême droite, le changement, c’est maintenant.

Certains politiques semblent pressés de tourner la page de 2017 quitte à se renier. C’est surtout vrai du côté, pour l’instant, du Front National où l’on sort d’une année compliquée. Entre le ratage du débat présidentiel, l'échec des législatives, les départs successifs de Marion Maréchal-Le Pen puis de Florian Philippot, des difficultés judiciaires et bancaires… Du coup en 2018, certains veulent que ça change. Mais cela impose de changer soit même.

Deux exemples : Jeudi, dans Le Point, Jérôme Rivière, un très proche conseiller de Marine Le Pen a annoncé vouloir arrêter de s’en prendre au "système", un concept selon lui "trop vague" avec un "aspect conspirationniste". Une mini révolution au FN, parti-anti-système par excellence.

Deuxième exemple de ces changements de ton avec Louis Aliot qui, cette semaine sur BFMTV, a décidé de défendre le gouvernement, accusé de vouloir durcir la politique d'immigration.

Et il n’y a pas que du côté du FN que l’on veut changer...

Exactement Raphaëlle. Du côté des Patriotes aussi, on veut faire table rase du passé. Florian Philippot, qu’on a vu pendant des années courir plateau télé et radio pour commenter l’actualité, a ainsi annoncé cette semaine sur LCP vouloir élever arrêter de polémiquer pour rien.

Son comparse l’acteur Franck De Lapersonne veut lui aussi partir sur de nouvelles bases. Jeudi, cité par Le Figaro, il a regretté son soutien à Marine Le Pen durant la présidentielle, "la plus grosse boulette de ma vie". Il en a profité pour demander "pardon" aux Français.

Donc en 2018, c’est reniement pour tous ?

C’est un peu ça effectivement. D’est surtout de la vieille communication politique. Et on termine l’année comme on l’a commencé : en promettant que tout va changer.