Le mot du jour : Waterloo

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue des éditos est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Natacha Polony nous présente les différents éditos qui font la Une de la presse.

Le mot du jour : Waterloo

"Le mot collectif était déjà classé dans les archives, note Cécile Cornudet dans Les Échos. Les cadeaux empoisonnés des derniers jours semblent le rayer à jamais. Vincent Peillon doit 19.500 euros de cotisations au PS, vient de révéler le Canard Enchaîné. Qui l’a fait savoir ? Arnaud Montebourg doit 80.000 euros (ce qu’il conteste renchérit l’Opinion. Le PS fuit, tous les coups sont permis". "L'absence d'un leader capable de mettre le couvert sur la marmite a libéré toutes les ambitions, ouvert la porte à tous les coups de billard à trois bandes" écrit Philippe Marcacci dans l’Est Républicain. Le but ? Contrecarrer les ambitions de Manuel Valls. Mais visiblement, l’ex-Premier ministre n’a même pas besoin des coups de Jarnac de ses camarades, tant son positionnement est en lui-même intenable. "Mardi soir, agacé par les questions des journalistes, s’amuse Sébastien Lacroix dans l’Union, il était le Valls colérique dont le sang ne fait qu’un tour, sourcils froncés, bouche de travers. Lundi, il feignait la sérénité mitterrandienne, récupérant sans vergogne le slogan de la "force tranquille" qui lui va comme un gant de boxe. Un jour il s’aventure sur les terres de Mélenchon pour séduire la gauche, le lendemain il retrouve les sillons du social-libéralisme pour marquer Macron à la culotte. Valls est un caméléon qui galope en zigzag, à la recherche de la tenue la plus avantageuse". Bref, "la primaire peut-elle le sauver le PS, après avoir offert un vrai sursaut, à droite, aux Républicains ? s’interroge Cécile Cornudet. Encore faudrait-il qu'elle attire massivement les électeurs, qu'elle dégage un candidat incontestable et qu'elle pousse les battus à se rallier à lui. Les candidats peuvent encore faire la démonstration que la Belle Alliance populaire porte bien ses adjectifs. "La Belle-Alliance", c'était aussi le lieu-dit sur lequel s'est déroulée la bataille de Waterloo, s'amuse-t-on chez Macron. Belle alliance, morne plaine?".

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques