Le mot du jour : veston

  • A
  • A
La revue des éditos est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Natacha Polony nous présente les différents éditos qui font la Une de la presse.

Le mot du jour : veston

"À quoi ressemblera cette campagne de second tour ? se demande Paul-Henri du Limbert dans le Figaro ? Pour Alain Juppé, il s'agira d'une bataille projet contre projet". Et pourtant, nous dit-il, "s’ils n’étaient d’accord sur rien, s’il y avait matière entre eux à une vaste querelle, ça se saurait". Mais il faut bien une dramaturgie. Et le fait est que le nouveau favori intrigue. "Qui est François Fillon ? s’interroge Cécile Cornudet dans les Échos. Bien malin qui peut le dire, même s'il est dans le décor depuis toujours. En tout cas, beaucoup de choses à la fois. Un séguiniste devenu Thatcher. Un ancien balladurien. Puis un pilier des gouvernements Chirac. Un Sarkozy bis, radical et bien à droite? Ou un Hollande bis, expert en navigation politique?". Dans Libération, au moins, c’est plus simple, Laurent Joffrin a tranché : une sorte de créature hybride produite par les "intellectuels du déclin", "prêcheur mélancolique" d’un "catholicisme politique activiste et agressif qui fait pendant à l’Islam politique". Fillonnisme et djihadisme, même combat. Il faut dire que, comme le rappelle Cécile Cornudet, un quart des électeurs de gauche ont voté pour lui : il faut les vacciner. Plus intelligente est la remarque de Jean-Louis Hervois dans la Charente Libre : "La radicalité des propositions libérales de Fillon sur l'économie va à l'encontre de ce besoin de protection qui monte partout dans le monde". Mais là aussi, Cécile Cornudet évoque ses doutes : "Un programme de rupture libérale avec une image centriste. À moins que ce ne soit un discours volontariste avec une pratique velléitaire". "S'il l'emporte dimanche, prévient Jean-Claude Souléry dans la Dépêche du Midi, on saura lui rappeler tous les revers de son veston. Et une question reviendra alors en boucle : de quoi Fillon est-il le nom ?".

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques