Une nouvelle taxe sur les entreprises à l'étude

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce lundi sur la création d'une nouvelle taxe sur les grandes entreprises.

A la Une, ce matin : la consommation de tabac. "Pourquoi les Français fument toujours autant", titre Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le journal voit essentiellement deux raisons : le stress et une certaine permissivité - on fume encore dans des lieux pourtant interdits à la cigarette : sur les quais de gare ou dans des restaurants et bistrots juste avant qu'ils ne ferment, par exemple. Autre raison, de circonstance celle-là : les vacances. "J'ai repris la cigarette parce qu'elle est associée à la douceur du farniente", explique un fumeur occasionnel dans les colonnes du quotidien. Du coup, explique le journal, "les ventes sont parfaitement stables sur les 7 premiers mois de l'année par rapport à la même période, l'an dernier". Pourtant les choses ont changé, entre temps. Les cigarettes sont désormais vendues dans des paquets neutres depuis le 1er janvier. Ce qui fait dire à certains journaux que ces paquets font un bide. C'est le cas de L'Ardennnais et de L'Union. Une conclusion hâtive selon le pneumologue Yves Martinet. "L'objectif du paquet neutre est d'empêcher les jeunes de commencer à fumer" dit-il au Parisien, qui estime que seule une forte hausse du prix du tabac peut en faire baisser la consommation. "Une hausse impopulaire mais inéluctable", écrit Frédéric Vézard, dans son édito.

Une nouvelle taxe pour les entreprises

Si vous fumez et si vous dirigez un grand groupe, eh bien ce n'est pas votre jour. En cause - un projet du gouvernement. Une nouvelle taxe. "La surtaxe qui menace les entreprises" titrent Les Echos. Le Figaro s'intéresse également au sujet, dans ses pages saumon. Deux pistes sont à l'étude : une hausse de l'impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises ou une augmentation de la contribution sociale de solidarité des sociétés. Deux mesures temporaires, qui entreraient en vigueur dès l'an prochain. Elles permettraient à l'Etat de récolter 5 à 6 milliards d'euros dans les trois ans qui viennent. Pourquoi une telle somme ? Eh bien pour rembourser ces mêmes entreprises, touchées par un prélèvement jugé illégal et retoqué par la justice européenne. Un prélèvement sur les dividendes instauré en 2012, et qui va disparaître. Bref, l'Etat veut récupérer d'une main ce qu'il va être contraint de donner de l'autre. Colère du Medef. "C'est un signal négatif", dit son vice-président aux Echos, ce matin...

Les confidences de Brigitte Macron

A la une, encore, de premières confidences, c'est le titre de La Dépêche du Midi. Celles de Brigitte Macron. Interview exclusive accordée au magazine Elle, disponible demain en kiosques. "Un entretien fleuve et un exercice de communication très maîtrisé", juge Le Parisien, qui consacre une page au sujet.

Donald Trump attaqué de toute part

Donald Trump est encore en première page de quelques journaux, ce matin. "La tache", titre de Libération, après que le président américain a de nouveau pris la défense de groupes d'extrême-droite. "Trump attise le racisme américain", analyse La Croix, en Une. Le Monde revient sur l'indignation générale qui a suivi les propos de Donald Trump, tenus avant-hier soir, à New-York. Le Monde qui s'intéresse aussi à une inquiétante demande du gouvernement américain. Il cherche à se procurer des informations sur tous les visiteurs d'un site internet - un site critique envers Donald Trump. Des informations qui permettraient d'obtenir leur identité - cela concerne 1 millions trois cent mille internautes. L'hébergeur du site qualifie cette demande d'alarmante. "C'est un abus de pouvoir" dit-il. Il a porté l'affaire devant la justice.

Une bataille judiciaire avec Brad Pitt

Autre affaire judiciaire, en France, celle-là - entre une plasticienne et une star d'Hollywood, Brad Pitt. "Brad Pitt a coulé ma boîte et s'est approprié mon travail" raconte Odile Soudant à Libération. Une histoire qu'elle peut raconter, maintenant qu'elle a gagné son procès contre l'acteur. Elle va toucher 565.000 euros pour avoir été brusquement écarté du chantier de rénovation de la maison du couple Pitt-Jolie, dans le Var. Tout avait pourtant bien commencé, fin 2010. Une idylle. Odile Soudant est recrutée parce qu'elle a travaillé pour Jean Nouvel - architecte dont Brad Pitt est un fan inconditionnel. Elle est payée rubis sur l'ongle pendant un peu plus de deux ans. Mais les travaux prennent du retard - sans qu'elle en soit responsable d'ailleurs, Brad Pitt refuse alors de continuer à la payer. Elle n'a pas le choix, elle met la société de l'acteur en demeure. Il s'en offusque - "les amis n'attaquent pas les amis" lui écrit-il. L'affaire se règle donc devant les tribunaux et elle n'est pas terminée ! Place à la bataille sur les droits d'auteurs ! Brad Pitt revendique la paternité des installations réalisées. Odile Soudant n'a pas l'intention de se laisser faire...