Surpopulation carcérale : les prisons craquent sous le nombre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient de nouveau ce mardi sur la surpopulation carcérale suite au déplacement de Manuel Valls à la prison de Nîmes.

A la Une il y a notamment la surpopulation carcérale

Le thème du déplacement hier de Manuel Valls et du Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas à la prison de Nîmes.
"Les prisons craquent sous le nombre" : Sud-Ouest
"Un plan à l'automne", annonce Ouest-France
La Nouvelle République constate en effet que sur cette question "Le gouvernement fait pénitence" puisque le Premier ministre a annoncé un plan financé pour les prisons.

Les mots sont durs ce matin dans Le Figaro

"Coupable retard" : le titre de l'éditorial d'Yves Thréard...
"Des mots et des promesses. Comme toujours. Au total, quatre années ont été perdues. Quatre années marquée par le fiasco de la politique de Christiane Taubira. L'ex-garde des Sceaux était hostile à la création de nouvelles prisons. Elle disait vouloir "humaniser" l'univers carcéral. Pour Le Figaro "elle n'a fait que le ruiner : surpopulation record, insalubrité grandissante, surveillants débordés".
Allez, Yves Thréard enfonce le clou : "N'en déplaise aux belles âmes, ce n'est pas la prison qui créé la délinquance, ni la récidive. Ce sont les politiques pénales naïves qui n'apportent pas les réponses adaptées aux violences de leur temps".

Sur cette même question, une toute autre analyse du journal La Croix.

La Croix qui s'interroge : "On ne mettra pas fin à la surpopulation carcérale en en ouvrant de nouveaux lieux de détention, mais aussi en mettant fin à l'excès d'incarcération. Les magistrats sont encore trop réticents à recourir aux peines alternatives : la contrainte pénale, la libération sous contrainte, ces dispositifs mis en avant par Christiane Taubira, et qui n'ont pas encore trouvé leur place dans le fonctionnement ordinaire de la justice, et qu'il serait dommage d'enterrer trop vite".

Qui a raison dans ce débat ? Le Figaro ? La Croix ? Ce que je sais c'est qu'il est en tout cas courageux de porter la vision du journal catholique, en ces temps troublés où une majorité de l'opinion publique préfèrerait sans doute qu'on enferme plus, et qu'on relâche moins.

Plus léger, beaucoup plus léger : la folie Pokemon !

On a envie de dire encore ! Encore les Pokemon Go ! Et bien oui, le jeu sur téléphone fait la Une du Parisien-Aujourd’hui en France.
Il faut dire que le phénomène est étonnant : aujourd'hui trois millions de Français y jouent et Le Parisien s'en réjouit : "Observons ces groupes qui, partout dans le monde, sans disctinction d'âge, d'origine sociale ou culturelle, sortent, se croisent, se retrouvent autour d'un langage commun et universel. Et disons-nous simplement qu'en ce moment tout ce qui permet de rapprocher les êtres humains est le bienvenu".

Le journal note que certaines annonces immobilières commencent à utiliser l'argument Pokémon pour vanter un appartement ou une maison, particulièrement bien situés quant au nombre de créatures à attraper ! Exemple : "T4 à Créteil, face au lac, beaucoup de Pokémon". Nous vivons décidément dans un monde très très étrange.

Un dernier mot des JO.

Il n'a pas échappé à L’Équipe que la France avait bien du mal à démarrer ces Jeux : trois jours et une seule médaille...
Le quotidien sportif rappelle qu'au même stade, à Londres, nous avions déjà sept médailles ou encore 12 à Sydney, aux Jeux de 2000.
L’Équipe a même inventé un mot pour qualifier ce début de JO pour la France : c'est la "Bérézina-o" ! D'après ce que je comprends, c'est comme la Bérézina, mais en brésilien.
On attend maintenant impatiemment une avalanche de podiums tricolores ou plutôt, une avalanche-ao de podiums-ao tricolores-ao !