Neymar au PSG : le transfert du siècle

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La presse quotidienne revient évidemment ce jeudi sur l'arrivée annoncée de Neymar au PSG.

Impossible de passer à côté ce matin, le transfert annoncé de Neymar au PSG est dans tous vos journaux.

"Le transfert du siècle" titre Le Républicain lorrain, qui insiste sur la place du Qatar dans ce dossier. C'est le cas aussi de La Provence, qui surnomme le club parisien "PSG-du-Qatar".
C'est le cas encore des deux quotidiens alsaciens, L'Alsace et les Dernières nouvelles d'Alsace. "L'émirat poursuit sa politique d'investissements massifs en France, alors qu'il est au cœur d'une crise diplomatique dans le Golfe" écrit le journal.
Un point de vue partagé par Libération : "La venue du Brésilien au PSG signerait une victoire géopolitique de Doha sur ses rivaux régionaux". Libé qui indique par ailleurs que 15 millions d'euros auraient été versés à un homme clé dans ce dossier, Pini Zahavi, un homme d'affaires israélien et ancien journaliste, surnommé "Mr Fix it" ou "Mr Arrangement", nous apprend L'Équipe.

Lui aussi a trouvé un nouveau job.

François Filllon prendra ses fonctions à la rentrée, mais impossible de savoir dans quelle entreprise et à quel poste. François Fillon, 100 jours après sa défaite lors de la présidentielle, c’est une enquête à lire dans Paris-Match.
L'ancien candidat Les Républicains passe une partie de son temps à jardiner et à pêcher, chez lui, dans la Sarthe. Il travaille aussi beaucoup avec ses avocats. "Ce sont les personnes avec qui il a passé le plus de temps, ces dernières semaines", raconte un de ses anciens conseillers. La politique est derrière lui, désormais, racontent Bruno Jeudy et Pauline Lallement. Il ne s'y intéresse plus, et n'a gardé que très peu de contacts dans le monde politique. "Il a choisi de se reconstruire seul, muré dans son échec", écrivent les auteurs. Un échec sur lequel il ne veut pas encore revenir, il a d’ailleurs renoncé à écrire un livre cet été.

La vie d'après aussi pour d'autres anciens élus, une enquête à lire dans L'Obs.

"Je dois acheter mes billets de train, voyager en seconde classe, prendre le métro et réserver mon hôtel", raconte Yann Galut, ancien député socialiste, battu en juin dernier. Pas d'amerume, mais une vraie renaissance, pour lui, redevenu avocat comme d'autres ex-parlementaires.
Le privé pour certains, Jean-Marie Le Guen par exemple. Le retour à la fonction publique pour d'autres comme Henri Guaino à la Cour des comptes ou Marisol Touraine au Conseil d'État.
Certains en revanche, ont du mal à abandonner la politique comme Jean-Christophe Cambadélis ou le Républicain, Georges Fenech.

Airbus est-il en danger?

Marianne s'inquiète de l'avenir du groupe aéronautique européen. En cause, un grand audit interne, présenté comme une opération mains propres, tout cela confié à un cabinet d'avocats américains, qui récupère des données sensibles et précieuses, notamment sur les réseaux commerciaux de la société. Un choix qui "augmente la vulnérabilité de l'entreprise" déplore un de ses hauts-cadres. Inquiétude à Paris et à Berlin. Du coup, Emmanuel Macron et Angela Merkel envisagent de bouleverser le contrôle du groupe.

Un choc et un défi aux États-Unis.

Le choc, c'est la mort par overdose d'un garçon de 10 ans, seulement, en juin dernier.
Le défi, c'est endiguer ces décès dus à une surconsommation d'antidouleurs très puissants, 60.000 morts en 2016.

"La crise des opioïdes", c'est à la Une du Figaro.

Les opioïdes ces sont des médicaments bien plus puissants que la morphine. Ils créent une forte dépendance et sont aussi souvent un début à la consommation de drogues telles que l'héroïne, explique le journal. Alerte maximale donc, à tel point que le président, Donald Trump, s'apprête à déclarer l'état d'urgence sanitaire dans tout le pays.

Le cliché du latin lover a la vie dure.

C'est encore l'accent italien que les Français préfèrent selon le résultat d'une étude menée par une société spécialisée dans l'apprentissage des langues et dévoilée par Le Parisien-Aujourd'hui en France ce matin.
Sur le podium, aussi, l'accent anglais et l'accent espagnol. En revanche, à l'étranger, c'est l'accent français qui est plébiscité pour 33% des personnes interrogées qui le placent en tête.