Morale et politique : l'éternel retour

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient une nouvelle fois ce jeudi sur la polémique autour des affaires Ferrand et De Sarnez qui agitent le gouvernement.

Ce matin en Une de vos journaux on est toujours englué :
La Croix : Morale et politique : l’éternel retour.
Le Monde : L’affaire Ferrand, première épreuve du quinquennat Macron.

Mauvais départ, d’autant que le nouveau pouvoir doit faire avec l’héritage Hollande :
Les Échos : l’équation budgétaire se complique pour Macron.

Pendant ce temps, l’Humanité accuse : André, Tati, Whirlpool : Macron joue la montre.
Il y a aussi cette Une de 20 Minutes : Tant de cerveaux disponibles.
La Silicon valley rêve d’objets connectés aux influx cérébraux. Une aubaine pour les pirates qui voudront lire directement dans vos pensées votre numéro de carte bleue.

Trump et l’Europe

En Une du Figaro : Trump creuse le fossé entre l’Amérique et l’Europe. Mais c’est Libération qui résume le mieux la situation par un : Merci Trump. L’attitude du président américain est en train de faire bouger l’inébranlable Angela Merkel, qui ne jurait que par le cavalier seul et le parapluie militaire américain. "Bientôt, écrit Arnaud de la Grange dans Le Figaro, Donald Trump fera figure de fils spirituel de Jean Monnet. Le meilleur bâtisseur de l’Europe depuis des décennies". Mais on est loin d’une révolution. "Plutôt que de s'échiner à assurer la libre circulation de l'argent et des marchandises, objectif déjà atteint, l'Europe, écrit Laurent Joffrin dans Libération, doit montrer aux travailleurs qu'elle peut les protéger". Hélas, comme le rappelle Hervé Favre dans La Voix du Nord, l’Allemagne craint encore par-dessus tout de payer pour les autres et l’Europe n’a pas encore changé de patron(ne).

Migrants

L’Union Européenne envisage un accord avec la Libye, semblable à celui conclu avec la Turquie pour limiter les flux migratoires. Comme le raconte Libération, ce sont 10.000 personnes qui ont été secourues la semaine dernière en Méditerranée et transférées vers l’Italie. Depuis le début de l’année, 60.000 sont passées et 1.700 sont mortes en mer. À Tripoli le nombre total de clandestins dépasse les 700.000. Retenus dans des conditions abjectes, soumis au viol et au travail forcé, rackettés par les passeurs. Faut-il les retenir là-bas ? Pour les ONG, ce sont ces conditions en Libye qui conduisent les clandestins à risquer leur vie en mer. Le prix de la déstabilisation du pays par l’intervention franco-américaine.

Quartier la Chapelle

Le Figaro revient sur la polémique autour du harcèlement de rue dans ce quartier de Paris. Depuis une dizaine de jours, les copropriétaires d’un immeuble en sont à payer un vigile entre 17 heures et 23 heures pour empêcher les dealers de stocker la drogue dans leur hall et pour éviter les agressions. Passé cette heure, ils bloquent la porte cochère. Un propriétaire est de garde pour ouvrir aux éventuels retardataires. Ils ont donc assez mal pris les articles niant le problème et parlant à leur égard de panique identitaire, voire de racisme. Une riveraine explique pourtant au journal qu’elle n’a jamais été agressée : "il n’y a qu’à éviter certains coins. Tenez votre sac et baissez les yeux". Sauf que d’autres, écrit la journaliste, en ont assez de baisser les yeux.

Lecture

C’est aussi dans Le Figaro qu’on trouve cette question existentielle : pourquoi les femmes lisent-elles plus que les hommes ? Mystère, mais le président du centre national du livre lance un manifeste plein d’humour : comment faire lire les hommes de votre vie. Sauf que l’édition, devenue industrie, cible de plus en plus les publics. On crée des marques de littérature 100% féminine, sur le modèle américain où des romans sont réservés aux noirs, aux hispaniques, aux gays et désormais aux musulmans sous le nom de salaam reads. La lecture disparaît avec l’universalisme.


Loin de Roland Garros, Jamal Fikri, 27 ans, ancien professeur de maths entré à l’école nationale des finances publiques, est arrivé en finale du championnat départemental de Haute Vienne. Pourtant, il joue au tennis depuis sept ans et n’est pas classé. Fan de Federer, il a regardé ses vidéos sur Youtube et reproduit les gestes. En politique, ça marche moins bien. Jouer à de Gaulle ne suffit pas. Il faudrait peut-être avoir lu autant que lui. Mais les hommes ne lisent pas et les femmes lisent des romans.