Macron et Le Pen zappent Fillon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce lundi sur le récit des meetings des différents candidats à la présidentielle.

Ce matin en Une de vos journaux c’est le branle-bas de combat :
La Croix : Le FN change la forme, pas le fond.
Libération : Front National : Tout sauf normal.

Il faut dire que le week-end était politique :
L’Opinion : Macron et Le Pen zapent Fillon.
Le Figaro : Dos au mur, François Fillon lance sa contre-offensive.
L’Humanité : La gauche authentique va-t-elle réussir à se rassembler ?

Une bonne nouvelle dans Aujourd’hui en France : Maintenant, votre banquier va devoir être très gentil. Les démarches pour changer de banque sont facilitées par un dispositif de la Loi Macron.

Week-end politique

Vous trouverez partout le récit des meetings du week-end. L’hologramme de Jean-Luc Mélenchon, le programme de Marine Le Pen. Et puis, Emmanuel Macron en candidat de la bienveillance. Comme le résume Michel Urvoy dans Ouest-France : "Si tu ne fais pas des salles de 15.000 personnes, tu ne seras jamais président". "Tout au long du week-end, écrit Carole Bouillé, les candidats ont fait chauffer l’applaudimètre. Les Français attaquent la semaine hagards, épuisés par tant de programmes, de promesses, de fougues rebelles et de mises en scène". Dans Le Parisien, c’est l’investiture de Benoît Hamon avec les absents, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, et les présents. Anne Hidalgo en chauffeuse de salle, Christiane Taubira en idole des meetings. "La Guyanaise, écrit Philippe Martinat, dont les prises de parole oscillent de plus en plus entre lectures publiques de poésie et sermons de télévangéliste, a étourdi son auditoire à coups de citations de René Char, Rainer Maria Rilke et Paul Eluard. Quant au bilan, il est évacué en une phrase générale : tout ce que nous avons fait est incontestablement positif". Incontestablement est peut-être un peu excessif. Mais tous les commentateurs s’accordent à dire que, dans cette campagne présidentielle, tout est possible. C’est la seule chose incontestable.

Chimère

La grande phrase de Benoît Hamon : "Nous allons rêver si fort que cela sera possible". Les mauvaises langues parleront de chimères. Mais Les Échos nous rappelle ce qu’est effectivement une chimère : un être mythique mêlant les corps de plusieurs animaux. Et la science est en train de donner réalité au mythe. Des chercheurs californiens ont développé pendant quatre semaines dans l’utérus de truies porteuses des embryons de cochon dans lesquels avaient été implantées des cellules souche humaines. Ils ont ensuite été détruits : la loi interdit d’aller plus loin. Le but : développer sur des animaux des organes humains pour de futures greffes. Les Échos notent qu’une telle expérience pose quelques légers problèmes éthiques. Le risque de faire passer à l’homme certaines maladies animales. Le risque de produire des animaux dont le cerveau humanisé serait doué d’intelligence. Mais, comme le déclare un scientifique, cette prouesse "ouvre la voie à des avancées importantes". On attend avec impatience la suite.

La vraie vie des ados

Les ringards qui utilisent encore leur smartphone pour téléphoner liront Le Figaro pour apprendre ce que les adolescents font du leur. Les 6, 7 et 8 février ont été décrétés journées sans smartphone. Commentaire d’Inès, 14 ans : "Ma vie est finie, tout simplement". Vous découvrirez l’existence d’applications pour échanger des photos, des messages, des textes, de la musique. Et recueillir l’approbation pour "valider qu’on fait bien partie du groupe". Ils y passent en moyenne 4 heures par jour. Évidemment, on trouve une interview de l’inévitable psychologue chargé d’expliquer que tout cela est formidable. "Le portable est un espace devenu nécessaire dans la socialisation de l’adolescent", explique Michaël Stora. D’ailleurs la seule dérive pour lui est celle des parents qui pourraient être tentés de surveiller leurs ados grâce à la géolocalisation. La dépendance des adolescents au groupe, l’hypertrophie de l’identité numérique fantasmée, ça ne pose aucun problème.

La voix de son maître

Les adolescents et les autres ont un nouveau joujou. Le Monde nous présente Candy Voice, l’application qui reproduit votre voix à l’identique. Vous lisez 160 phrases synthétisant toutes les inflexions possibles, et la machine peut utiliser votre voix pour transmettre un message, les instructions du GPS et bientôt pour faire parler les personnages d’un jeu vidéo. Ce n’est pas tout. On peut aussi choisir la voix d’un personnage vivant ou mort. Il suffit que la machine ait analysé son timbre et vous faites dire ce que vous voulez à de Gaulle ou Sylvester Stalone. Si en plus, on peut avoir leurs organes greffés sur un cochon, c’est le bonheur !


Pendant ce temps, dans la vraie vie, c’est un peu différent. Le Parisien nous raconte les anecdotes du Docteur Jean-Baptiste Delmas, 40 ans à SOS Médecins. Le jour où il est accueilli par un laquais en perruque poudrée. Le malade, depuis son lit à baldaquins, lui montre un tableau au mur : "Le Louvre a une copie de celui-là". Ou ces parents qui l’ont appelé parce que leur enfant n’arrêtait pas de pleurer. Entre temps, il s’est endormi et les parents lui claquent la porte au nez : "Vous reviendrez quand le bébé sera réveillé". La bêtise est comme la science, elle n’a pas de limites.