Les demandeurs d'asile et les cadeaux offerts à François Hollande à la Une

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Europe 1 et Le Parisien ont pu visiter le lieu où sont rangés tous les cadeaux offerts aux présidents.

Ce matin en Une de vos journaux, c’est encore Noël, mais pas pour tout le monde :

Les Echos : "Le crédit immobilier bat tous les records"

La Une du Parisien est une exclusivité partagée avec Europe 1, "Dans la caverne d’Ali Baba du président", la réserve Alma où sont conservés les cadeaux offerts au chef de l’Etat

Il y a aussi Le Figaro : "Demandeurs d’asile : la France sous pression"

Et la Une de Libération : coupée en deux, façon Star Wars : d’un côté l’hommage "Carrie Fischer, partie elle est" De l’autre : "Auchan : du côté obscur" et le drame de cette caissière qui a fait une fausse couche au travail, mettant en lumière, d’après Libération, des conditions de travail inhumaines au sein du groupe de grande distribution

>> Les demandeurs d'asile

Ce sont des chiffres dévoilés par Le Figaro. Près de 90.000 dossiers officiellement déposés cette année, en hausse de 10% sur un an. Mais attention dit le Figaro : un quart des demandes ne seraient pas comptabilisées. Tous les demandeurs qui doivent être renvoyés dans le pays de premier accueil dans l’Union européenne et qui ne passent pas par l’OFPRA. Sauf que, en pratique dit le journal, le taux de renvoi vers l’Italie et la Grèce est dérisoire, même pas un sur dix. Ces "dublinés" comme on les appelle (en référence à la convention de Dublin) seraient un peu plus de 20.000 d’après les dernières pointages de 2016. Ils sont disséminés dans des centres d’accueil, notamment à Paris, qui ne suffisent plus. 70 à 80 migrants arriveraient chaque jour dans la capitale. Dans le Figaro, le député LR Eric Ciotti (qui est membre du conseil d’administration de l’OFPRA) dénonce un manque de volonté de la gauche et a son idée pour régler le problème : rallonger de 45 jours à 18 mois le temps de placement en centre de rétention (pour être sur d’avoir le feu vert des pays voisins pour les leur renvoyer) et permettre le dépôt des dossiers aux 7 premiers jours à compter de l’entrée sur le territoire. Le Figaro qui souligne qu’en Allemagne aussi, le parti de Merkel souhaite désormais une politique plus dure en matière d’immigration.

>> Un djihadiste marseillais arrêté grâce à la vigilance des internautes

C’est une information de la Provence : un interne en chirurgie orthopédique de l’hôpital de la Timone a été interpellé en Turquie juste avant Noël et est en garde à vue à la sous-direction antiterroriste de Paris. "Profil très inquiétant" disent les policiers alors que depuis 3 ans, l’homme évoluait dans les services hospitaliers marseillais, sans histoire, avec même un discours condamnant les attentats. Sauf que sur Twitter, ses messages anonymes disaient l’inverse. Apologie du terrorisme, envie de partir en Syrie, menace de perpétrer des attentats... Des internautes le signalent à la Plateforme d’Harmonisation, de Recoupement, et d’Orientation des Signalements (la plateforme PHAROS) et les enquêteurs retrouvent son nom Amine L. et son âge (29 ans).

A l’hôpital tout le monde tombe des nues, même si on reconnait qu’il était taciturne et solitaire. Selon les informations de Romain Capdepon pour la Provence, l’interne n’était pas revenu le 1er novembre prendre son poste dans son nouveau service. Ses proches ont assuré au journal qu’il avait effectivement un contact en Syrie. La perquisition dans sa chambre d’interne à la Timone n’a semble-t-il rien donné.

>> L’argent est toujours bien tabou en France

Sans revenir en détail sur l’enquête du 8 heures d’Europe 1 ce matin qui fait aussi la Une du Parisien/Aujourd’hui en France concernant les cadeaux reçus par le chef de l’Etat, on soulignera juste ce petit plus du Parisien : l’Elysée explique qu’il offre toujours français (Baccarat, Dupont ou Dior) mais ne communique pas sur les prix. Officiellement, explique Jean-Marie Montali dans son édito du jour "pour ne froisser personne". Heureusement, les américains sont plus bavards et nous apprennent que sur cinq ans, le plus généreux des présidents français à leur égard s’appelle Nicolas Sarkozy avec plus de 90.400 dollars – notamment une selle Hermes - à 6.200€ offerte, en 2008, à Georges Bush. Sarkozy est sur une moyenne de 18.000€ par an, contre 4.000 euros pour son prédécesseur Jacques Chirac et son successeur François Hollande.