Les affaires obligent Macron à un large remaniement

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La constitution du nouveau gouvernement est au cœur des préoccupations des éditorialistes.

Bonjour Thomas, bonjour Julie et bonjour à tous

Ce matin en Une de vos journaux l’ancien monde est de retour : Le Monde : Affaires : Goulard et Ferrand quittent le gouvernement. Le Figaro : Les affaires obligent Macron à un large remaniement. Libération : Affaires : enquête sur le système Bayrou. Le Canard enchaîné : le gouvernement frappé à son tour par le dégagisme. L’Opinion : remaniement : Macron, second départ. Un titre optimiste : il sous-entend qu’il n’y en aura pas de troisième. De fait, le cas Bayrou est réglé. Aujourd’hui en France s’intéresse à une autre affaire, dans nos cuisines : électroménager : Les petites tricheries des fabricants. La consommation d’énergie affichée serait sous-évaluée. Après le dieselgate, le frigogate. Le dessin de Ranson montre un homme scandalisé : "Notre frigo consomme plus qu’il ne le laisse croire." Sa femme : "Tu parles de toutes ces bières qui disparaissent en ce moment ?é

Goulard et Bayrou

C’est Libération qui nous fournit les détails de l’enquête avec la liste détaillée des députés européens concernés. "Le métier de parangon de vertu n’est pas toujours facile, écrit Laurent Joffrin. On passe vite du rôle d’Alceste, intransigeant avec les faiblesses humaines, à celui de Tartuffe, qui prêche la morale mais ne l’applique pas." Mais il faut lire surtout dans Le Canard Enchaîné le récit de la démission de Sylvie Goulard. En réunion mardi matin, elle annonce aux membres de son Cabinet son intention de quitter le gouvernement. Deux arguments : les problèmes de santé d’un membre de sa famille et l’enquête sur le Modem. Elle explique à ses plus proches conseillers que le Président de la République et le Premier Ministre auraient tout fait pour la retenir. "Ils m’ont expliqué que partir ainsi allait fragiliser François Bayrou et Marielle de Sarnez, et tout le gouvernement." Mais elle leur répond : "Je m’applique le critère d’exigence qui correspond à la vision que je me fais de l’Etat." Car l’enquête s’intéresse à Stéphane Thérou, assistant parlementaire de Sylvie Goulard et pilier du Modem, puisqu’il s’occupait de l’institut de formation du parti, chargé de collecter des fonds auprès des collectivités territoriales grâce au droit individuel à la formation appliqué aux élus. Mais le Canard ne peut s’empêcher d’égratigner celle qui défend sa "vision de l’Etat". Un proche de la ministre, anonyme bien sûr, explique que lorsqu’elle était députée européenne, Sylvie Goulard avait multiplié les ménages, notamment avec un thinktank que certaines barbouzes françaises soupçonnent d’avoir été infiltré par les services américains.

Make our planet great again

Ce sont aussi Le Canard et Libération qui nous racontent l’ironie des chercheurs français vis-à-vis du site internet monté en toute hâte après le coup de com du Président. Les 60 millions promis pour accueillir une cinquantaine de chercheurs américains sur une durée de cinq ans sortent de nulle part. Au CNRS, on se demande comment faire venir des scientifiques payés aux Etats-Unis trois fois plus que les jeunes chercheurs français, recrutés à moins de 2.000 euros. Et Le Canard rappelle avec ironie tous les ministres qui, derrière le médiatique Nicolas Hulot, ont prouvé que l’écologie était le cadet de leurs soucis.

Enigme scientifique

Imaginez que vous trouvez dans votre jardin une masse spongieuse qui croît malgré le karcher, malgré la découpe au couteau. Même le feu n’en vient pas à bout. C’est en 1973, au Texas, qu’une femme a appelé les autorités pour signaler le phénomène. Le nom de cette chose : Physarum Polycephalum, mais les chercheurs le surnomment le Blob. Les pages Sciences et Médecine du Monde nous font découvrir cet organisme unicellulaire, sans cerveau mais doté de mémoire et de capacité d’apprentissage, capable de se déplacer de 4 cm à l’heure et dont ils ne savent pas déterminer s’il est animal ou végétal. Un spécimen d’1,3 km carré a été observé dans les Appalaches. Et depuis qu’il se nomme le Blob, il intéresse tout le monde. Même en sciences, la com est importante.

Non, Chamallow n’est pas une insulte. Les juges, nous raconte 20 Minutes, ont débouté le Maire de La Salvetat-Saint-Gilles qui poursuivait pour injure publique un élu d’opposition. Mou, un peu collant, dont on a du mal à se défaire : Emmanuel Macron va pouvoir évoquer son allié Modem sans risquer le procès. Une aubaine, ce jugement.