Le recueillement en Une de vos journaux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Après le meurtre du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, le deuil réunit la presse nationale.

Ce mot tout d'abord : "recueillement".
Vous retrouvez ce mot souvent ce matin à la Une de vos journaux. Les hommages au père Jacques Hamel se sont multipliés hier, pas seulement à Saint-Etienne-du-Rouvray, mais partout en France.
La voix du Nord : "Le temps du recueillement"
- L'indépendant : "La France recueillie"
- L'écho républicain : "Union et communion"
Le recueillement, la communion, et la polémique, la polémique politique, qui se poursuit. Qu'en pensez-vous ?
Pour le Courrier de l'Ouest et la République du Centre c'est tout vu : "Les politiques attisent, les religieux apaisent", "L'union des religions, la division politique".
La polémique se poursuit donc après les attentats.
Polémique, ou nécessaire débat ? Tout dépend si on se place du côté du pouvoir ou de celui de l'opposition.
Ce débat, le journal L'Opinion le résume bien : aujourd'hui, c'est la "justice qui est mise en examen". "Faut-il rogner nos libertés individuelles pour sauvegarder la sécurité ? Les juges ont-ils les moyens juridiques et financiers pour agir ? Sont-ils trop indépendants ?"...
Les réponses à ces questions varient selon le bord politique. Prenez Libération, qui se demande en sa Une si on va passer de l’État de Droit à "l’État de droite". Libé qui constate qu'après chaque attentat, le pouvoir subit la même pression : "Ne pas prendre de décision concrète, de nouvelle mesure si possible fracassante, c'est prêter le flanc au procès en tétanie ou en incompétence. Affirmer qu'il suffirait de modifier la réalité pénale pour limiter la menace terroriste, c'est verser dans la facilité populiste". Je crois que vous avez deviné de quel côté penche Libération dans ce débat. Libé qui cite un parlementaire de la majorité : "Hollande est couillu. Face à une droite irresponsable, il ne touche pas à la constitution même si celui pourrait lui coûter la présidentielle. Les faibles sont en apparence les forts".
Voilà pour Libération, qu'en pense Le Figaro ?
Prenons cet édito, signé Laurence de Charette. "Anticonstitutionnel : ce mot auquel l'exécutif semble prêter le pouvoir magique de clore - voire d'interdire - le débat sur l'opportunité de renforcer l'arsenal terroriste". Laurence de Charette se moque :"Aujourd'hui, anticonstitutionnellement, dans la bouche de l'exécutif, a de faux airs de - attention, je me lance, c'est toujours risqué avec ce mot - de faux airs de supercalifra-gilisti-cexpia-lidocious, ce mot prétexte qu'on prononce dans l'univers de Mary Pommins pour s'échapper d'une situation par enchantement". Le Figaro conclut : anticonstitutionnel ? Rien n'empêche de modifier la constitution. Mais il y a fort à parier que François Hollande ait définitivement renoncé à fâcher les siens. Plus les calculs sont petits, plus ils seront habillés de grands mots".
Pour finir, prenons un peu de hauteur.
Oui, littéralement. Avec toujours Le Figaro et ce passionnant article qui raconte comment, en l'espace d'un siècle seulement, l'humanité, a pris de la hauteur, a grandi. C'est une étude britannique qui le dit. Tenez, c'est incroyable, en moins de cent ans, les femmes sud-coréennes ont grandi de plus de 20 cm !  L'étude fait un parallèle entre augmentation de la taille et espérance de vie : les pays où les tailles ont le plus progressé étant aussi ceux où l’État se soucie le plus de la santé publique : la Corée du Sud, le Japon, mais la France aussi ! Ou le Français moyen a pris 13 cm de plus en l'espace d'un siècle. Ce qui nous amène aujourd'hui à une taille moyenne d'1m64 pour les Françaises. Pour les hommes, cela nous donne une moyenne aujourd'hui d'1m79. Et là, je peux vous dire que c'est un coup dur pour votre serviteur, à qui il manque 12 cm pour se trouver dans cette moyenne.
Pour me consoler, je citerai le poète, l'écrivain Frédérick Tristan : "Nous sommes toujours de la taille de l'univers que nous découvrons".