Le budget au cœur de la presse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Un rapport de la Cour des comptes pointe la politique économique de l'ère Hollande qui a laissé un trou de huit milliards dans le porte-monnaie français.

Bonjour Maxime, bonjour Julie et bonjour à tous

Ce matin en Une de vos journaux On s’élève contre l’indifférence : Libération : Violences conjugales, enquête sur un meurtre de masse. L’Humanité : pollution : les victimes soufflent dans les bronches de l’Etat. Et puis, Aujourd’hui En France s’intéresse au boom des écoles alternatives.

Budget

C’est le sujet du jour. Il est en Une du Figaro : Budget : Macron rattrapé par les mensonges de Hollande. Les Echos : Comptes de l’Etat : le grand dérapage. Et en Une de l’Opinion, le dessin de Kak nous rappelle la figure de Marianne en semeuse qui ornait les pièces de un franc, sauf que Marianne sème de l’argent et que c’est un François Hollande un peu empâté qui arbore la toge et le bonnet phrygien. Et sa devise : Liberté, égalité, prodigalité. Le Figaro choisi de pointer le réquisitoire contre François Hollande, qui s’enorgueillissait de laisser la France en meilleur état que celui dans lequel il l’avait trouvée. Dans le journal de la Haute Marne, Christophe Bonnefoy nuance: "Avec un peu de mauvais esprit, on pourrait presque imaginer que ce document a été dicté aux sages par le nouveau Président ». Il est sans pitié pour François Hollande. Et donc, laisse la porte ouverte à une politique qui demandera beaucoup d’effort aux Français." Comme le résume Emmanuel Lévy sur le site de Marianne, Emmanuel Macron tient son prétexte austéritaire. Puisque la France ne saurait déroger à la règle des 3% de déficit budgétaire, on va traquer les dépenses. Au nom, bien sûr, de la crédibilité sur la scène européenne. Hélas, explique Emmanuel Lévy, on a la preuve grandeur nature, notamment en Grèce, que l’austérité tue la croissance et augmente la dette.

Ecole

Parmi les recommandations de la Cour des Comptes, une diminution des options pléthoriques au lycée pour basculer les dépenses vers le primaire et le collège. Pendant ce temps, le Parisien Aujourd’hui en France s’intéresse à ces écoles alternatives qui attirent toujours plus de parents au nom de la joie d’apprendre. Mais le psychologue Didier Pleux note que Maria Montessori avait conçu sa méthode en 1906 pour les enfants déshérités de Rome, battus et malmenés. Aujourd’hui, se pressent dans ces écoles à 8000 euros l’année des enfants ultra favorisés dont les problèmes relèvent surtout d’un manque d’encadrement et de contrainte. De son côté, le Monde s’intéresse à la corrélation entre les prix de l’immobilier et la présence d’un établissement scolaire réputé. Conclusion : le prix au mètre carré se valorise de 7 à 27% et jusqu’à 51% dans certains quartiers de Paris autour de certains collèges. De sorte que la carte scolaire apparaît plutôt inefficace pour atteindre la mixité sociale. Dans un univers de ghettos urbains, la sectorisation semblerait plutôt une assignation à résidence sociologique.

Image de l’Islam

C’était à craindre, le Huffington Post et Atlantico nous l’apprennent : à Créteil, un homme de nationalité arménienne a tenté de renverser un groupe de fidèles à la sortie d’une mosquée en tenant des propos incohérents sur les divers attentats qui ont frappé la France. C’est pour éviter ce genre de dérive, nous dit le Parisien, qu’un groupe d’imams a décidé de sillonner jusqu’au 14 juillet les villes européennes touchées par les attentats. Ils veulent parler du véritable Islam. Ils estiment que les musulmans doivent monter au créneau quand leur religion est prise en otage. Mais l’initiative est contestée, certains estimant que les musulmans n’ont pas à se justifier. Se justifier, non. Mais, comme l’explique un des Imams, se mobiliser car une non-réponse laisse penser que la communauté musulmane ne serait pas concernée.

Un roman qui accuse son écrivain

Le site Slate nous raconte l’histoire incroyable d’un meurtre non élucidé. Un inspecteur opiniâtre récupère l’affaire et remonte la trace d’un suspect. Il a écrit un roman. Et dans ce livre, par petites touches, sont distillées les clefs de l’énigme.

C’est l’histoire d’un prince qui vit royalement, se fait recevoir dans les palaces et inviter par le gotha. Stylist nous raconte si Stéfan Crnojevic, prince du Monténégro menait la belle vie. En fait, il était aussi prince de Macédoine. Sauf qu’un ambassadeur de Macédoine s’est un jour étonné de ne pas le connaitre. Quant au Monténégro, il n’est plus une monarchie depuis 1918. Le brillant escroc Italien a été rattrapé par la police. Cela dit, dans une France qui a chassé son dernier roi en 1848 et son dernier empereur en 1870, un homme, à Versailles, joue au Roi Soleil.