Le 8 mars, pour se donner bonne conscience, le féminisme est à l'honneur.

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient aujourd'hui sur la journée de la femme.

Bonjour Thomas, bonjour Julie et bonjour à tous

Ce matin en Une de vos journaux, on est le 8 mars, c’est figure imposée, histoire de se donner bonne conscience, et de passer à autre chose : Libération : Féminisme : Le torchon rebrûle. L’Humanité : Egalité Femmes – Hommes, il est grand temps. Mais on regarde ailleurs aussi : La Croix : La famine frappe à nouveau l’Afrique. 100 000 personnes pourraient mourir au Soudan du sud, au Nigéria, en Somalie. Partout où la guerre civile s’installe, des gens meurent de faim. Et puis Le Parisien nous alerte : Les inquiétantes dérives de l’Institut Pasteur : virus égarés, sécurité défaillante, opacité financière : le fleuron de la recherche médicale française va mal.

On commence avec le feuilleton politique

Ça continue. Il y a bien sûr l’affaire Fillon et ces nouveaux PV d’audition atterris dans la boîte aux lettres du Canard Enchaîné. 50 000 euros de prêt, donc, et toujours pas trace d’un débat sur le fond des programmes. D’ailleurs, c’est l’extension du domaine des mises en cause : le Canard consacre aussi un article à l’enquête de l’Inspection générale des finances sur une réunion organisée en janvier 2016 par Emmanuel Macron, ministre de l’économie, à Las Vegas lors de la French Tech Night. Démonstration de force et standing ovation qui ont coûté 381 759 euros, et un soupçon de favoritisme envers le prestataire Havas. Sur le site du Monde, c’est la démission d’un de ses experts santé, Jean-Jacques Mourad, cardiologue amplement  rémunéré par le Laboratoire Servier. Pendant ce temps, Le Figaro titre : Les poids lourds du PS prêts à se rallier à Macron. Dans son éditorial, Paul-Henri du Limbert raille cette auberge espagnole qui réunit François Bayrou et Robert Hue, le successeur de Jean Lecanuet et celui de Georges Marchais, et qui tente les trois premiers ministres de François Hollande. « Prétendre, dans ces conditions, que le macronisme représente la plus époustouflante trouvaille que la politique française ait enfantée depuis 1958 relève d’une exagération de langage certaine. » Tentation du vote utile pour les élus PS, analysent les commentateurs. Recomposition politique des forces progressistes, esquissent ceux qui ont lu Jean-Louis Borloo dans Le Monde. Mais pour l’instant, comme le souligne Christophe Bonnefoy dans le Journal de la Haute-Marne, « dans cette campagne qui prend un peu plus chaque heure des allures de lamentable émission de téléréalité, la situation rend inaudible les arguments des uns et des autres sur leur vision de la France. On ne sait pas vraiment à quelle distance est le mur, mais on y va droit. »

On parle de Rhinocéros à présent

Parmi les quotidiens nationaux, il n’y a qu’Aujourd’hui en France qui s’y intéresse. On abat un rhinocéros dans un zoo français parce que des hommes obsédés par leur virilité croient aux vertus aphrodisiaques de sa corne et que mettre des moyens sur la lutte contre le trafic d’animaux n’est pas une priorité et ça vaut une brève.

Déforestation

Un titre dans Le Monde : Le soja et les fast-food contribuent massivement à la déforestation. Après avoir alerté sur la responsabilité de Mac Donald, les ONG ciblent Burger King, 11 millions de hamburgers par jour. Ces chaînes de fast-food se fournissent auprès de géants de l’agrobusiness qui nourrissent les bêtes à coup de soja OGM. Une monoculture qui a mis à nu 4 millions d’ha de forêt amazonienne entre 2001 et 2010. Les tribus amérindiennes voient leur territoire se réduire et décrivent leur terreur lorsque les avions volent au-dessus de leurs têtes pour répandre les pesticides. Manger un hamburger a des conséquences.

Des histoires de jeunes maintenant

Il y a d’abord ce hackeur, dans Le Monde, qui a piraté les données de Sciences-Po, après celles de l’ESJ. Il a immédiatement prévenu ces grandes écoles pour leur signaler la faille. Lui a raté le concours de Sciences Po, il raconte sa frustration, son impression de ne pas avoir trouvé sa place dans le système éducatif alors que ses compétences devraient intéresser les entreprises, les universités. Et puis il y a cet article de l’Express qui nous parle des frères Bernanos, arrière petits-fils de l’écrivain, fils de bonne famille devenus militants d’ultra-gauche, accusés d’avoir tenté de brûler une voiture de police sur le Quai de Valmy en mai 2016 et d’avoir frappé l’adjoint de sécurité Kevin Philippy. L’article se termine par cette phrase de Pasolini à des étudiants après un affrontement avec la police en 1968 : « Hier, il y a eu un fragment de lutte des classes et vous, mes chers, vous étiez les riches, tandis que les policiers étaient les pauvres. Belle victoire, donc, que la vôtre. »

Dans la rubrique Bon à savoir  de Sciences & Vie, vous apprendrez par exemple que les enfants qui boivent du lait entier sont plus minces que ceux qui boivent du lait écrémé. Il n’y a pas que le nombre de calories, il y a la qualité de l’alimentation. Vous y apprendrez surtout que chez les patients de plus de 65 ans, être suivi par un médecin femme limite les risques de décès. Hypothèse : les femmes médecins connaîtraient et appliqueraient mieux les recommandations. Voilà, c’est la contribution de cette revue de presse pour le 8 mars.