La désolation après les incendies

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Pierre de Vilno revient sur ce qui fait la Une des quotidiens nationaux.

L'actualité aujourd'hui, elle se passe beaucoup à Saint-Etienne-du-Rouvray même Emmanuel Macron se déplace mais voilà, comme nos camarades de la presse écrite en ont fait leur une hier, aujourd'hui, à part l'hommage dans La Croix, on ouvre en ordre dispersé.

On a donc l'affaire Trump dans le Figaro, le tourisme dans Libé, l'argent parlementaire dans l'Opinion et même le nouveau Besson en Une du Parisien. La presse régionale se concentre, elle encore, sur les terribles incendies avec cette Une devant laquelle on ne peut que baisser les bras. Celle de Nice Matin : Nature Morte, et ce paysage désolant en photo, de ces paysages que l'on a trop vus, lorsque le feu est passé. Des arbres comme des soldats morts au front, et un sol cramoisi, vert de gris, comme un décor en carton-pâte d'un mauvais film de science-fiction.

L'humanité frappe encore ce matin avec un article choc : A Calais, les migrants traqués au gaz poivre, rapport à la clef, publié par l'organisation Human Rights Watch. Ce texte dénonce les multiples violences commises par les forces de police à Calais à l'égard des 400 à 500 migrants revenus dans la ville depuis la destruction de la jungle. Birane, un Erythréen de 16 ans témoigne : "Je suis venu chercher à manger. Les policiers étaient là. Ils ont dit aux associations : 'Vous ne devez pas donner de la nourriture.' Nous avions faim. Nous avions soif. Mais les policiers ont commencé à nous asperger."

Aspergés aussi, les militants de Human Rights. Témoignage de l'un d'eux qui distribuait de l'eau. Un autre migrant de 14 ans témoigne : "Les policiers prennent ma couverture, mes chaussures, mes vêtements... J'essaye de ne jamais dormir au même endroit." L'association pointe les CRS qui, pour leur part, démentent. "C'est un dossier à charge dit David Michaux, d'UNSA Police. Les CRS n'ont plus de contact avec les migrants." Des migrants encore dans Midi Libre. José Bové dit que c'est son nouveau combat.

La Voix du Nord nous parle du conflit oublié. Nous vous en parlions hier dans la matinale : les salariés de TIM attendent aujourd'hui une décision du tribunal : reprise ou liquidation judiciaire, 471 salariés sont concernés.

Dans le Dauphiné et l'Alsace : Pole emploi traque les fausses annonces. Augmentation des offres émanant de faux employeurs sur le site internet, des milliers d'annonces passeraient ainsi entre les mailles du filet chaque mois. Des logiciels informatiques vont donc être mis en place.

Les APL encore. Christophe Castaner assume la brutalité de cette baisse dans Le Parisien. Mais le porte-parole insiste sur les 4 milliards et demi d'économies indispensables. Le Télégramme revient sur la réforme globale des aides au logement qui interviendrait à l'automne. Tandis que Rémi Godeau dans l'Opinion trouve démagogues les militants du Touche pas à mon APL et regrette que l'on ne puisse s'interdire de réfléchir à l'efficacité d'un système redistributif à bout de souffle. Trop longtemps, la facilité a consisté à laisser filer les déficits.

Toujours dans L'Opinion, dans la série, liberté de la presse, rien de nouveau en Chine : Claude Leblanc relate la visite de Xi Jinping dans trois principaux médias chinois, à quelques mois du 19ème congrès du parti communiste. "Tous les médias gérés par le parti doivent représenter la volonté du parti et ses propositions." Bon, comme ça au moins...

Le Figaro a raison, "soyons honnêtes, pour nous autres français, impossible de passer à côté du nouveau film de Luc Besson. Et pourtant, aussi parce que la critique est subjective, les avis vont du tout au tout. Pour le Figaro donc, trois points sur quatre, luxuriant et pop. Pour Libé : Navet Spatial. Et à Didier Péron de noter, là pour le coup j'imagine en toute objectivité, puisque ce sont des faits, des chiffres, que ce "bide spectaculaire" s'est traduit immédiatement par une chute de 9% de l'action Europacorp.