Jour d'hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Maxime Switek revient sur ce qui fait la Une des quotidiens nationaux. 

La revue de presse. Avec à la Une ce matin deux hommes en grande discussion la photo a été prise le 7 juillet dernier lors du G20. Donald Trump, Emmanuel Macron. Tous les deux vont se retrouver aujourd'hui à Paris. "Pourquoi la France a invité Trump", se demande le Parisien en première page."Un Trump affaibli, invité d'honneur du 14 juillet", titrent les Echos. "Mauvaises fréquentations". Ça c'est ce que vous pouvez lire en première page de l'Humanité, "De divergences revendiquées en apartés complices, c'est un drôle de tango que dansent les deux chefs d'Etat", explique le Parisien.

Donald Trump, présent donc demain sur les Champs Elysées pour le défilé du 14 juillet. 14 juillet, jour d'hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice."Un an après, traumatisme intact", titre l'Union. "Souffrance indélébile", pour l'Ardennais. Et il y a ce petit garçon, de dos, à la Une de Libération. Assis par terre, face à des dizaines de bougies, de bouquets de fleurs. La photo date d'il y a un an sur la promenade sur les Anglais, "Aide aux victimes. Mépris d'Etat", titre Libé qui revient justement sur la réorganisation des services d'aide aux victimes. Réforme qui vient d'être annoncée et qui provoque la colère des associations. Un mot évidemment de la Une de Nice Matin. "Aux drapeaux!" C'est l'appel lancé par le journal. Appel à pavoiser maisons et bâtiments avant le grand hommage de demain.

Dans la presse, vous retrouverez cette longue interview d'Emmanuel Macron publié par Ouest France. Vous trouverez aussi ce mot qui revient : malédiction. Il est à la Une de la Nouvele République, du Figaro. "La malédiction de l'affaire Grégory". beaucoup de vos journaux reviennent ce matin sur la mort du juge Lambert. Stéphane Durand Souffland, dans le Figaro, explique que "la folie d'hier est intacte, 32 ans après. La justice et les médias semblent perdre tout bon sens lorsqu'il s'agit du crime de la Vologne." Fin de citation.

Encore une chose dans cette revue de presse, beaucoup plus légère. Ecoutez bien ce titre du Parisien : "le cornichon du Loir et Cher vient d'Inde!" Le journal raconte que l'ONG Foodwatch a listé tous les produits qui mettent en avant le Made in France de manière franchement trompeuse. Des cornichons certes mis en bocal en France mais cultivés en Inde. Des raviolis certes à base de bœuf français, mais aussi de porcs venus d'ailleurs. Une tarte cuisinée en France mais avec des framboises serbes. Quand les industriels nous embrouillent, c'est à lire dans le Parisien.