Impôts, le tour de passe-passe d'Airbnb

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La presse quotidienne revient ce lundi sur la stratégie assumée d'optimisation fiscale d'Airbnb qui lui permet de ne payer que peu d'impôts en France.

Google et Airbnb, logé à la même enseigne.

Comme le géant d'internet, le site d'hébergement brasse des millions d'euros en France. Et comme lui, il ne paye que peu d'impôts, 93.000 euros l'an dernier. Un chiffre révélé par Le Parisien-Aujourd'hui en France. "Un montant ultra-light qui n'a toutefois rien d'illégal", explique le journal. Il s'agit du résultat d'une stratégie assumée d'optimisation fiscale qui passe par l'Irlande et l'Angleterre, c'est là que sont établies les factures des locations. En France, la société n'a officiellement qu'une activité marketing. Et pour sa défense, elle explique que sa communauté, autrement dit ses clients, a eu un très fort impact économique en France avec 6,5 milliards d'euros l'an dernier. Airbnb, entreprise rentable !

Ce qui n'est pas encore le cas des cars Macron même s'ils sont "sur la voie du succès", indique Sud-Ouest.

Ils transportent de plus en plus de voyageurs. En dépit, parfois, de trajets ubuesques raconte le quotidien.
Bordeaux-Clermont-Ferrand en passant par Paris, seize heures de voyage au lieu de cinq habituellement.
Ou encore, Bordeaux-Pau avec une escale à Toulouse et près de sept heures de route.
Cela dit, la plupart du temps, les trajets sont directs et les prix très attractifs. 20 euros maximum pour un Bordeaux-Nantes, près de huit fois moins qu'en train. Des tarifs abordables donc, même s'ils ont augmenté. "Ils ont suivi le chemin inverse de la popularité d'Emmanuel Macron", s'amuse Benoît Lasserre avec +34% en deux ans, faute de rentabilité.

La crise de la Justice en Une de quelques quotidiens régionaux ce matin.

Ceux du groupe Ebra, dans l'est du pays. "La France maltraite sa justice" titre Le Dauphiné Libéré. "La justice en faillite", indique L'Est Républicain. Les Dernières nouvelles d'Alsace parlent de la souffrance de la justice, L'Alsace d'un "grand malaise". 169 millions d'euros en moins pour l'an prochain. Les économies et les réformes vont continuer. Parmi les pistes possibles, il y a la suppression du juge d'instruction. "Une épineuse question qui mérite d'être posée", estime Yolande Baldeweck, dans son édito.

"Gardez-moi de mes amis", disait Voltaire.

Benyamin Netanyahou en fait l'amère expérience, ces derniers jours. L'un de ses anciens proches pourrait le faire tomber, indique Libération. Son ancien chef de cabinet et ex-homme de confiance, Ari Harow, un homme intelligent et discret qui sait tout des affaires du Premier ministre. Il a accepté de témoigner contre lui dans deux affaires, de corruption et d'abus de confiance. "Il se montre déjà prolixe" estime un chroniqueur judiciaire sur place. Du coup, panique à droite ! "La plupart des ministres et des députés du Likoud, le parti du Premier ministre, font preuve d'un silence assourdissant et tardent à le soutenir" écrit Marc Henry, dans Le Figaro. Situation délicate pour le chef du gouvernement, à tel point qu'il songerait à organiser des élections anticipées pour tenter de se sortir de cette mauvaise passe.

Attention à la pénurie de thé !

Et pas n'importe lequel, le Darjeeling, considéré comme le plus raffiné et le plus noble des thés indiens. Son prix a triplé voire quadruplé ces derniers jours, nous apprend Le Parisien-Aujourd'hui en France. En cause, un conflit social sur fond de lutte indépendantiste dans le nord-est de l'Inde. Les ouvriers des plantations sont en grève depuis deux mois, en pleine saison des cueillettes, sur les contreforts de l'Himalaya. Ces Indiens d'origine népalaise protestent contre l'obligation d'apprendre une nouvelle langue à l'école, le bengali. Ils ne veulent pas qu'on leur impose une nouvelle culture. Conséquence donc : la production a baissé de 90%. Un coup dur pour l'économie locale.