Hommage au père Hamel

  • A
  • A
La revue de presse est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Pierre de Vilno revient sur ce qui fait la Une des quotidiens nationaux. 

Et cette revue de presse nous la commencerons si vous le voulez bien par un hommage, celui de La Croix. Il y a presque un an, le Père Hamel était sauvagement assassiné dans son église de Saint Etienne du Rouvray et nos confrères de La Croix sont allés à la rencontre de celle qui sans doute le connaissait le mieux: sa sœur, Roseline, qui sans fausse pudeur, raconte ce frère aimé avec qui elle entretenait une tendresse fraternelle fusionnelle. Elle raconte. Lorsqu'on est venu lui dire qu'il était mort. "J'ai crié à m'en déchirer les poumons, jusqu'à ce que j'ai trop mal pour continuer à hurler", puis de se souvenir que la veille, à table, le Père Hamel avait parlé de l'attentat de Nice, et s'était demandé si ça allait s'arrêter un jour. Photos en noir et blanc, photos couleur kodak années 80, des souvenirs d'un type dit Roseline, qui ne demandait rien à personne. "il se serait laissé mourir sans rien dire à personne, tant il ne voulait pas déranger".

Séquence presque émotion en tout cas c'est une grande page de social que livre l'Huma sur les conditions de travail des pilotes de chez HOP. "Rencontre avec des pilotes au bord du burnout". Les employés de la compagnie régionale viennent d'achever six jours de grève. L'Huma s'est procuré les comptes rendus des CHSCT de cette société où 245 emplois sont liquidés sous forme de plan de départs volontaires. Le quotidien, c'est le manque de sommeil, un pilote qui se pose à 22h peut être appelé pour décoller le lendemain à 6h45, les rotations, c'est trois vols dans la même journée, une nuit courte, puis de nouveau trois vols la journée d'après. Il y a aussi la version avec cinq vols à l'aller. Patrick, 45 ans, se souvient: on était en phase d'approche à Charles de Gaulle, j'ai eu un moment d'absence, je me suis endormi peut-être 30 secondes. Grave quand vous volez à 350 km/h avec un autre avion à quelques kilomètres devant vous. Un jour, Patrick a décidé de ne pas redécoller de CDG, après une nouvelle fois un planning complètement fou. Et cette course à la rentabilité, dit l'huma, elle s'est généralisée dans l'aérien avec des conséquences parfois inquiétantes.

Allez encore une bonne nouvelle, puisque je vois que vous aimez ça, dans les Echos, Gérald Darmanin a la lourde tâche de serrer le budget de l'état qui devra faire 10 milliards d'économies en 2018. Les collectivités feront d'ailleurs 20% de cet effort. D'ailleurs page quatre, on en parle des collectivités. "au seuil de l'insoutenable" interview d'André Laignel, président du comité des finances locales et vice-président de l'Association des maires de France.

Des sous des sous encore avec le Budget Schiappa dans le viseur des féministes, page une de Libé. Malgré ses dénégations, les crédits 2017 de la secrétaire d'état à l'égalité devraient chuter de 27%. Politique avec le casse-tête d'en Marche, avec les conflits d'intérêt dans Libé. La refonte du FN dans le Figaro et le plan Wauquiez pour les républicains dans Le Point.

Le Tour de France, déjà "inoubliable" pour le Parisien, "tout en haut' pour l'Equipe. Photo de Barguil à l'appui qui fait aussi la Une du Dauphiné, du Républicain Lorrain, de l'Alsace, et de la Nouvelle République.

Sans oublier les adieux du roi Bolt. Usain Bolt, cahier spécial sports du Parisien - Aujourd'hui en France ce soir, dernier meeting de sa carrière à Monaco. Un écrin idéal pour celui qui, écrit Sandrine Lefèvre, écarte les bras, réclame les applaudissements, prend la pose. Bref, rien n'a changé.