Dans la presse, l’œil braqué sur le cyclone Irma

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Marion lagardère scrute la presse papier et décrypte l'actualité.

Dans la presse ce matin, l’œil du cyclone Irma…

De la Dépèche du Midi au Télégramme, rares sont les journaux qui n’ont pas mis en Une cette photo de l’ouragan prise depuis l’espace… Cette masse compacte de nuages, parfaitement enroulée sur elle-même, à la fois élégante et terrifiante… "Irmageddon", comme l’appelle Libération, "l’Ouragan du siècle" selon le Parisien. Du siècle, ou pas, puisqu’à en croire le même Parisien, "on s’attend à des cyclones encore plus intense" à l’avenir… La faute au réchauffement climatique. Fabrice Chauvin, chercheur au centre national de recherche météorologique explique que des zones aujourd’hui épargnées pourraient être touchées, y compris l’Hexagone, précise le journal. Un ouragan au large de Biarritz ? "Ce n’est pas impossible", répond le chercheur, qui rappelle qu’en 2005, le cyclone Vince avait pris la direction de Madère et du Portugal. Une première.

Autant d’ouragans sur lesquels s’appuie le dessin d’Alex dans le Courrier Picard pour illustrer tout autre chose, la tempête du non renouvellement des emplois aidés : "un ouragan sur la France" dit-il, où l’on voit s’envoler sur fond d’orage deux personnages affublés de t-shirt "contrats aidés". Une métaphore de la tornade "politique" que l’on retrouve aussi en Une de l’Obs : "ça va secouer", titre l’hebdomadaire, photo de Macron en couverture. "Pourquoi il réforme au pas de charge ?" en pages intérieures, on vous explique que, malgré les sondages défavorables, "sa capacité à réformer reste intacte". Macron c’est Chaban-Delmas : "Chaban voulait ouvrir, assouplir, décentraliser, Macron veut libérer les énergies" Mais, conclue le journal visiblement ivre de trop "d’en même temps" d’un coup : "comme on le sait depuis Mao, la révolution est une longue marche." Macron c’est Chaban ET la révolution de Mao… Va falloir expliquer tout ça au magazine Challenges pour qui la révolution est trop "soft" : trop doux, trop mou, manque de témérité, "le président sera-t-il plus audacieux avec les réformes à venir ?", s’interroge l’hebdo qui détaille ce "tapis de réformes qui nous rapproche", écrit Vincent Beaufils, "du modèle scandinave, un modèle auquel la société française aspire au fond, mais sans le savoir, et sans qu’on lui explique". Voilà, on sait, on ne sait pas encore qu’on sait mais on va bientôt le savoir. Bref, Macron créé des tempêtes sous les crânes.

Avis de tempête justement à la SNCF

Oui, c’est le journal Le Monde qui a lancé le sujet mercredi en publiant une conversation entre Emmanuel Macron et un groupe de cheminot, c’était en juillet à bord d’un TGv. Le président leur parle d’un "grand deal", un pacte donc : l’Etat reprendrait la dette de la SNCF contre une réforme des régimes spéciaux de retraites… Dans les Echos, David Barroux approuve et s’inquiète : "l’avenir de la SNCF devrait évidemment préoccuper les cheminot !" Même ton dans le Figaro qui s’interroge : "l’écho limité de cet entretien auprès des cheminots est surprenant". C’est vrai ça, tout se perd, pourquoi les syndicats, d’ordinaire si virulents, sont-ils silencieux ? Réponse dans l’Humanité : "c’est que la CGT cheminots voit dans cette information sortie de nulle part un piège, un contre feux allumé pour les détourner des sujets d’actualité : "quand il y aura des annonces du gouvernement, nous répondrons présents", explique le secrétaire fédéral du syndicat, "mais ce n’est pas le sujet du jour, le sujet du jour c’est les ordonnances de la loi travail".

Dans la presse également, une multiplication de reportages sur Daech...

Oui et sous des angles très divers. Courrier International fait sa Une sur "l’anatomie de la terreur" et décrypte les "vraies motivations des djihadistes". Dans Le Figaro, Georges Malbrunot enquête sur "les encombrants cadavres des djihadistes français restés en Syrie (…) Damas a conservé leurs corps depuis 2011, mais l’Elysée se refuse à toute reprise de la coopération avec les services du régime de Bashar". Il y a aussi l’enquête de Médiapart sur les espions de Daech et le reportage des Inrocks sur les femmes des terroristes. Et puis, La Croix qui pose cette question : "que faire des enfants du djihad ?" "En apparence, écrit le journal, ce sont deux fillettes comme les autres sauf que Maryam, 6 ans et Noussayba, 8 ans, ont vécu deux ans en Syrie, embarquées par deux français radicalisés : leur mère et leur beau-père. "A leur retour, les deux gamines étaient tétanisées", raconte Maitre Versini, l’avocat de leur père qui a remué ciel et terre pour les retrouver. Comme ces deux filles, une cinquantaine d’enfants sont rentrés en France, en tout, les autorités françaises estiment à plus de 400 le nombre de mineurs encore sur place.

Et d’évoquer le casse-tête de la prise en charge des enfants revenants. "Sachant qu’au départ, ces gamins n’ont rien demandé, explique un juge anti-terroriste, ils ont été emmené malgré eux et sont pleinement victimes, mais la plupart ont été endoctrinés, voire formés au combat, ils restent un danger potentiel". Dans ce sombre tableau, les deux petites filles font figures d’exception : "elles ont été placées chez leurs grands-parents"… "Épaulées par un psychologue, elles se sont métamorphosées au fil des mois", conclue leur avocat qui les décrit aujourd’hui comme "épanouies, pétillante et taquines".

Enfin, retour sur Irma et qui dit Irma dit voyance...

Clin d’œil ou coïncidence, le gratuit 20 Minutes a choisi de mettre une boule de cristal en Une : "Désireux d’en savoir plus sur leur avenir, les 20-40 ans se tournent vers les prédictions". Le journal profite de la sortie d’un intitulé "La voyance, ça s’attrape comment ?" pour faire témoigner les adeptes. Par exemple Tom, 22 ans : "la première fois que j’ai consulté, j’avais 20 ans et j’étais mal dans ma peau", dit-il. L"a voyante, la mère d’une collègue de travail m’a rapidement mis en confiance… Elle m’a prédit mon avenir : un décès dans mon entourage, une perte de poids, un déménagement et un changement professionnel." Un an plus tard son arrière-grand-père décède, lui déménage, perd 25 kilos et change de métier.

Charlatanisme, ou véritable don, Tom s’interroge. Alors pour mieux comprendre les mécanismes de la prédiction, vous pouvez lire dans Le Cercle Psy l’interview de Jean-Michel Abrassart, docteur en psychologie et spécialiste du paranormal. "Quand on s’intéresse à la psychologie", dit-il, "on se rend compte qu’il y a des explications tout à fait prosaïques pour ces phénomènes. Près de 99% des médiums célèbres ont été pris en faute mais, nous sommes des êtres humains, et le besoin de croire existera toujours, il faut donc étudier, sans mépriser ". 

De quoi se dire, que finalement, il n’y a peut-être que le parcours d’Irma que l’on puisse prédire d’avance… encore que…