CSG : la valse du gouvernement

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

L'hésitation du gouvernement concernant les cotisations sociales et la CSG fait la Une de nombreux quotidiens jeudi.

Il est question de danse, ce matin, dans les journaux. De valse, d'abord, dans La Nouvelle République. "La valse à deux temps", titre le quotidien pour parler de l'attitude hésitante du gouvernement dans le dossier des cotisations sociales et de la CSG, Europe 1 vous en parlait dès hier matin. De rumba, ensuite dans L'Opinion : "Un pas en avant, deux pas en arrière." La CSG augmentera en une fois le 1er janvier, les cotisations sociales, elles, baisseront en deux fois l'an prochain. Bref, "Le bonus attendra" résume Le Télégramme. La hausse du pouvoir d'achat promise par le président de la République est retardée. "L'entourloupe d'Emmanuel Macron", écrit L'Humanité, en première page, photomontage à l'appui : on y voit le chef de l'Etat affublé d'un très long nez, un nez qui s'allonge comme celui de Pinocchio.

A la Une également, l'inquiétude des associations. Elles poussent un cri d'alarme, constate Midi Libre. Elles contestent la baisse annoncée du nombre d'emplois aidés. Inquiétude, aussi, et colère même pour les élus locaux. "Contrats aidés menacés, élus locaux remontés", c'est le titre, en forme de proverbe, de L'Yonne Républicaine. Une colère entendue par Gérard Larcher. Le président du Sénat dit son désaccord sur la méthode et sa préoccupation, compte-tenu des effets de cette baisse. Il le fait dans une lettre adressée au Premier ministre, Edouard Philippe. Un courrier envoyé avant-hier, non sans arrière-pensée. Les élections sénatoriales auront lieu dans un mois.

De nouvelles tensions entre le Parti socialiste et Benoît Hamon, partant de nouvelles suspicions. C'est à lire dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. Quelques dirigeants du PS, Julien Dray en tête, s'interrogent sur le financement du meeting tenu le 1er juillet par l'ancien candidat socialiste à la présidentielle. L'a-t-il payé avec l'argent de la campagne ? Non, répondent les amis de l'ancien ministre de l'Education nationale. "La réunion, qui a coûté 56.000 euros, a été entièrement payée par des dons et par des souscriptions", disent-ils. Une version dont doutent, donc, quelques responsables, rue de Solférino. "Ils soupçonnent Benoît Hamon d'avoir négocié des avoirs secrets avec des prestataires pour constituer un trésor de guerre. Mais aucun élément matériel ne permet d'étayer cette hypothèse", écrit Philippe Martinat.

Une baisse des prix n'entraîne pas forcément une hausse de la consommation. C'est ce que rappelle La Croix, qui publie les résultats de l'enquête annuelle de l'association Familles rurales. Les fruits et légumes ont coûté moins cher, cet été que l'été dernier, moins 8% en moyenne. Malgré cela, la consommation est elle aussi en baisse. Là, c'est un rapport du Credoc qui l'affirme. En cause, la crise économique, mais pas seulement. Il y aussi le niveau d'éducation et l'âge. "Les jeunes générations s'en détournent", constate, amer, le président de l'interprofessionnelle des fruits et légumes. Question de mode de vie, les jeunes achètent surtout des plats préparés. "Il faut les éduquer, il faut des opérations de sensibilisation à l'école", dit-il.

"A un pas du PSG", titre de L'Equipe. Kylian Mbappé n'a jamais été aussi proche de signer avec le club parisien. Un contrat de cinq ans et un salaire annuel de 18 millions d'euros l'attendent selon le quotidien sportif. Mais rien n'est fait, le dossier est très compliqué. "Il faut être créatif", et c'est un euphémisme, disait-on au PSG ces dernières heures. La solution trouvée semble être la suivante, une sorte de package : une somme de 140 ou 150 millions d'euros (ce qui ferait du jeune attaquant de 18 ans le deuxième joueur le plus cher de l'histoire, derrière Neymar) et ajouté à cela, un joueur de l'effectif parisien ! Lucas ou Guedes, selon Le Parisien. Lucas, Draxler ou Pastore, d'après L'Equipe. Et là, ça coince. Aucun d'entre eux n'a envie de quitter le PSG. Pas facile de quitter la poule aux œufs d'or !